''Les ténèbres de Glasgow'' est un forum de jeu de rôle, inspiré du jeu ©Vampire : la Mascarade de White Wolf (3ème ed.).
Le jeu se déroule de nos jours, dans la ville de Glasgow.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Salle de réunion [18-01-2014]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
10/10  (10/10)
Point d'action:
7/30  (7/30)

MessageSujet: Salle de réunion [18-01-2014]   Ven 9 Juin - 20:40

-> De là

Agissant comme s'ils étaient mus par la même intelligence, les deux Ventrues contemplèrent la salle dans un mouvement de tête demi circulaire de gauche à droite; équipement hi-tech au fond de la pièce, une grande table de réunion, un trône original digne d'un Toréador. Mais le plus important était que la salle soit vide et sans menace visible.

Philippe traversa la pièce pour s'asseoir face aux double portes, au plus près du trône. Hautain et marchant avec un port royal, il avait plus que jamais un air de Prince de la Renaissance en habits du XXIème siècle. Il s'installa avec autant de superbe que s'il avait pris place sur le trône d'Ambrosius.

L'air grave et beaucoup moins supérieur, son infant suivit ses pas pour s'installer à ses côtés. De cette manière Philippe était protégé, une attention de tous les instants qui était devenue la raison d'être de Guillaume depuis le retour de son ancêtre parmi les non morts.

Bien qu'il ne soit ni courageux ni taillé pour la bagarre, Marc se positionna debout devant les doubles portes pour en barrer l'accès si un intrus venant de l'extérieur pénétrait ou si Hadrien choisissait de fuir. Il avait l'impression de se muer en vigile de supermarché habillé en haute couture. Il regarda le pauvre caïnite qui avait l'air totalement effondré. Il n'y avait vraiment pas de quoi se conduire ainsi. De toute manière cela ne risquait pas d'attendrir Hadrien ni Philippe. Ce dernier ne supportait pas les geignards, cela allait l'énerver encore plus.

Philippe fixa le visage du jeune vampire, s'attachant à tenter de capturer son regard. Le temps n'avait aucune importance pour lui et le silence pesant qu'il laissait s'installer était une façon subtile d'exprimer son mécontentement.

- Monsieur Chevalier, comme vous avez pu le deviner je suis Guillaume de Margaux et voici mon sire, l'illustre Philippe de Margaux. Vous vous êtes présenté chez nous en tant que mortel à la recherche d'un emploi de valet. Nous aimerions savoir qui vous êtes réellement et quelles étaient vos intentions.

La voix de Guillaume était calme et posée. Il semblait plus enclin à dissiper les malentendus plutôt qu'à créer des histoires comme ce fut le cas quelques minutes auparavant. Ce n'était pas le cas de Philippe dont le ton cassant dévoilait son irritation.

- Et pour faire bonne mesure vous nous réciterez les deuxième et cinquième traditions. Pour quelqu'un qui ne veut pas d'ennuis, comme vous dites, vous vous comportez comme un importun qui recherche le danger.


Philippe le regardait d'un air supérieur, les doigts d'une main pianotant sur la table. Guillaume, le dos droit, avait les coudes sur la table et les doigts entrelacés, attentif à la réponse que ferait le Malkavian.

[Italique en Français]
[- PA]


Spoiler:
 

_________________
Tenue du 18 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadrien Chevalier

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 11/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
8/10  (8/10)
Point d'action:
5/30  (5/30)

MessageSujet: Re: Salle de réunion [18-01-2014]   Mar 13 Juin - 18:35

De là

Une fois dans la pièce, il recula jusqu'à se retrouver acculé contre un des mur, tournant la tête en direction de Marc, essayant de trouver un peu de réconfort de son côté. Il savait très bien qu'il se donnait en spectacle, mais il n'aimait pas quand les choses allaient trop vite. Et là, il avait en l'espace de dix minutes appris que ses employeurs étaient des vampires, qui plus est des proches du Prince et qu'ils avaient l'air en colère contre lui et qu'il n'arrivait pas à savoir pourquoi.

Enfin, si, il avait une idée qui lui trottait dans la tête. Une idée sournoise qui s'imposait de plus en plus et faisait monter sa panique en flèche. Des phrases lui revenaient en tête, celles de sa marâtre, toujours là dans les moments difficiles pour le rabaisser. Et ces dernières se faisaient écho à celle qu'il entendait devant lui. On remettait encore une fois sa parole en doute. Lui qui ne demandait jamais rien à personne pourquoi le sort s'acharnait-il sur lui ? Et si Guillaume et Philippe La connaissaient, et si Elle les envoyait pour qu'il le ramène à Elle ? Et si Elle était sur Glasgow, juste dernière la porte du bar, à attendre que Hadrien se fasse virer pour lui tomber dessus.

Non … elle ne peut pas connaître des vampires … Elle ne peut pas l'avoir retrouvé … c'est impossible … Essayant de sortir de sa confusion, Hadrien se concentrait sur ce que lui disait Guillaume. C'était beaucoup trop pour une fin de nuit. Il mit ses mains derrière lui et serra les poings pour essayer de contrôler sa nervosité … mais c'était vraiment dure. L'accumulation des reproches et des questionnements inquisiteurs finirent par le faire littéralement craqué. Sans un regard à son interlocuteur, il lui répondit sèchement, se contrôlant comme il pouvait.

« Je suis Hadrien Chevalier, membre du clan Malkavian et je cherchais du travail pour payer mes factures. Vous avez peut-être du mal à le concevoir qu'un vampire se rabaisse à faire le valet pour du bétail, mais je ne sais rien faire d'autre. Car oui, pour moi vous étiez des humains ! Comment aurais-je pu deviner que j'allais travailler chez des caïnites ? Cette annonce me correspondait parfaitement je ne pouvais pas l'ignorer. »

Il avait gardé ses yeux rivés au sol, car sa peur était toujours là. Et affronter le regard des personnes autour de lui ne ferait que lui provoquer encore plus de stress. Il n'aimait pas s'adresser à des gens aussi impressionnants, surtout qu'il les trouvait beaucoup trop soupçonneux à son égard. N'avait-il pas le droit de faire comme tout le monde, d'avoir un petit travail tranquille pour gagner sa vie ?

Sa mélancolie lui revient en pleine face, ses épaules s'affaissèrent. Il ne se sortirait jamais de sa vie misérable. Il pensait, grâce à ce nouveau statue, s'en être sortie mais Elle trouverait toujours un moyen de le rabaisser encore et encore. Elle lui pourrirait son existence jusqu'à la fin des temps ...

Puis le deuxième homme s'adressa à lui, Hadrien se risqua à lui jeter un coup d'oeil, interloquer par ce qu'il entendait. Voilà que maintenant, on le prenait pour un neonate inculte. Il était peut-être jeune, mais il faisait beaucoup d'effort pour tout connaitre de son nouveau monde.
Hadrien connaissait très bien les traditions de la Camarilla, on les lui avait fait apprendre par cœur. On lui avait aussi dit qu'il ne devait jamais les oublier et surtout ne jamais les enfreindre. Mais l'homme en face de lui, Philippe de Margaux, le sous-estimait et le Malkavian n'allait pas se laisser marcher sur les pieds. Il prit son courage à deux mains, luttant contre la terreur que lui inspirait l'homme et s'adressa à Philippe dans un français parfait.

« Alors … ''Ton domaine est ta charge. Tous t'y doivent respect. Nul ne peut défier ta parole dans ton domaine.'' et pour l'autre ''Honore le domaine d'autrui. Lorsque tu pénètres dans une ville étrangère, présente-toi devant celui qui y règne. Sans sa bienvenue, tu n'y es rien.'' Vous les voulez aussi en anglais ou ça ira ? Je ne vois pas pourquoi vous me les faites réciter, je n'ai enfreint aucune des deux ! »

Un peu d'insolence n'avait jamais fait de mal à personne et pour le moment Hadrien ne contrôlait plus grand chose dans sa tête. Il n'aimait vraiment pas se genre de situation. Il fuyait plus que toutes les situations à problème et voilà que maintenant on venait le chercher alors qu'il n'avait rien demandé. Ses larmes de panique c'étaient muées en larmes de rage, mais le pauvre jeune vampire était tout tremblant d'être passé par autant d'émotion en si peu de temps.

HRP:
 

_________________

Apparence : 4 ; Signe particulier : Yeux vairons / Fort accent français

Tenue de Hadrien:
 

William:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
10/10  (10/10)
Point d'action:
7/30  (7/30)

MessageSujet: Re: Salle de réunion [18-01-2014]   Mar 13 Juin - 23:25

- Contrôlez votre ton jeune impudent ! L’on ne parle pas ainsi à des Anciens. Quel espèce de valet croyez-vous être, à pleurnicher et à répondre ainsi à vos maîtres ? Vous pensez que vous correspondez à votre charge ? Seigneur ! Vous vous bercez d’illusions.  Philippe était apparemment furieux, se répandant en propos méprisants. Ses yeux lançaient un regard meurtrier au pauvre Malkavian. Hélas pour lui, ce n'était que l'introduction à son vilipendage.

- Et un petit conseil, néonate. Si vous ne voulez pas connaître rapidement la mort ultime faites attention à qui vous accordez votre confiance et à quelle engeance vous demandez secours. Car vous risquez de payer cher le moindre faux pas. J’ai fait décapiter de jeunes blanc-becs de votre espèce pour moins que cela, moi, Philippe de Margaux Prince de Lyon, Archonte et Justicar !
Le ton froid et cassant, Philippe fixait Hadrien avec une grande intensité sans hausser la voix. Levé à demi, il s’appuyait sur la lourde table comme s’il était prêt à bondir sur un ennemi.

Voilà bien longtemps que Philippe ne s’était pas autant échauffé. Guillaume s’inquiéta un peu lorsqu’il énuméra ses titres depuis longtemps disparus. Marc baissa la tête devant tant de colère, rentrant le cou dans ses épaules. Il n’aurait pas aimé être du nombre des pauvres étêtés. Hadrien passait un sale quart d’heure. Lui qui avait pensé que l’ancien Prince le malmenait, finalement il aurait pu recevoir un traitement bien pire. Il n’osa pas glisser un regard de commisération vers Hadrien de peur d’en prendre pour son grade.

-Quant aux traditions, vous les connaissez par cœur mais vous ne les comprenez pas. Ton domaine est à ta charge, tous t’y doivent le respect. Où est le respect lorsque l’on s’introduit dans le refuge d’un autre vampire en se faisant passer pour un mortel insignifiant ? Honore le domaine d’autrui, présente toi devant celui qui y règne… Qui règne en ma demeure ? Ambrosius ? Non, moi seul. Cette tradition est millénaire. Elle signifie que l’on présente ses hommages lorsque l’on rentre dans le refuge d’un autre vampire, par extension elle s’est appliquée aux Princes qui contrôlent leur domaine pour une question évidente de police et de sécurité. C’est une règle élémentaire de courtoisie que vous avez négligé envers le maître de maison qui se trouve être…


- Moi, interrompit Guillaume d’un ton serein qui tranchait avec l’attitude agressive de Philippe. Ce dernier lança un regard mauvais à son descendant qui ne sembla absolument pas ému. Bien que le droit d’aînesse soit l’apanage de mon sire, je suis le propriétaire des murs, reprit-il comme s’il expliquait une situation simple lors d’un dîner mondain.

- Détendez-vous monsieur Chevalier, mouchez votre nez et prenez une chaise. Je vais résumer la situation. Ce qu’il vous est reproché est assez simple : vous vous êtes introduit chez nous en clamant être un mortel. Fort heureusement Marc avait flairé votre supercherie. Que cela ait été volontaire ou non de votre part, il est important que vous compreniez qu’il s’agit selon nous d’un viol de propriété. C’est un acte grave qui pourrait… Notez bien, j’utilise le conditionnel… Pourrait conduire à de graves conséquences. En effet, suivez mon raisonnement, vous comprendrez la raison du courroux de monsieur Philippe.


L'air tout à fait décontracté Guillaume prit le siège adjacent à celui de son sire, posa les coudes sur la table et entrelaça ses doigts. Sa voix était calme et posée, son ton respectueux et aimable. Il arborait même un léger sourire amical. Si Philippe aboyait comme un chien, Guillaume semblait aussi caressant qu'un chat... avant qu'il vous décoche un coup de griffe douloureux.

- Imaginons que vous soyez parti de France brouillé avec un personnage puissant et que, quelques jours plus tard vous trouviez à votre porte un vampire se faisant passer pour un mortel. Imaginez que cette personne se fasse expliquer le système de sécurité de votre refuge. N’est-ce pas lui donner les clés de la maison ? Imaginez que cette personne reparte on ne sait où puis qu’elle réapparaisse à l’Elysium, révélant sa véritable nature. En toute logique, ne trouveriez pas cela suspect ? Bien évidemment que oui, comme tout à chacun. Et naturellement, vous craignez le pire pour votre personne. Nous avons eu notre lot d’agressions, d’espions et de menaces en France et nous ne souhaitons pas revivre cela à Glasgow. Personnellement je me pose la question suivante: êtes-vous d'une maladroite honnêteté ou à la solde d'une personne cherchant à nous nuire? Qu'en dites-vous? Vous pourrez nous répondre lorsque vous vous serez remis de vos émotions.

A sa gauche Philippe semblait être une statue de marbre, son œil acéré fixé sur Hadrien, guettant sa moindre réaction qu'elle soit verbale ou corporelle. Marc qui se situait devant lui avait l'air un peu secoué par tant de tension et de violence. Hadrien était bouleversé, du moins c'est ce qu'il laissait croire. Guillaume espérait pouvoir calmer les uns et les autres, avoir réponse à ses questions et trouver un compromis si cela était encore possible.

[italique paroles en français]
[-1 PA]

_________________
Tenue du 18 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadrien Chevalier

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 11/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
8/10  (8/10)
Point d'action:
5/30  (5/30)

MessageSujet: Re: Salle de réunion [18-01-2014]   Sam 17 Juin - 22:47

L’énervement d'Hadrien n'était qu'une façade, un moyen comme un autre de se défendre face aux agressions verbales qu'il subissait. Tel un petit animal acculé dans un piège, il n'avait trouvé que cela pour s'en sortir. De plus, il n'était pas à l'aise avec les mots pour arriver à argumenter correctement pour se défendre.

Celui qui se faisait appeler Philippe était vraiment affreux. Hadrien se doutait que cet homme devait le détester purement. Il connaissait peut-être son passé, sa vie d'humain et c'est cela qui posait réellement problème. Car sinon, il ne voyait vraiment pas pourquoi il s'acharnait sur lui, il ne comprenait vraiment pas ce qu'il avait fait de mal.

Quand ce dernier étala ses titres devant Hadrien , le Malkavian ne s'en formalisa pas. Il pouvait bien être la reine de Sabbat, que ça ne changerait pas le comportement de Hadrien. Oui il connaissait le respect, mais il respectait les gens qui le respectaient. Et le fait de se faire traiter de menteur pour après se faire reprocher de s’énerver ne faisait qu'attiser l’incompréhension et la rage du jeune vampire. Il marmonna un petit reproche à l'encontre du plus énervé des deux.

« Ici on est à Glasgow pas à Lyon ... »

Guillaume coupa la fin du deuxième reproche de Philippe. Le deuxième homme continua ensuite d'un ton plus calme, mais reprochant la même chose à Hadrien. La façon dont il s'adressait à lui le calma un peu, mais les accusations étaient les mêmes. Il lui demandait de se détendre et de s'installer comme si de rien n'était mais Hadrien en était incapable. Il resta à l'abri, contre son mur essuyant ses larmes d'un revers de manche, le regard totalement perdu ... D'ailleurs, il tenta une nouvelle fois un regard suppliant vers Marc, mais cela n'avait pas l'air de marcher. Et ce dernier semblait lui aussi incommodé par la situation.

« PUTAIN ! Mais je vous l'ai dit… je ne savais pas que vous étiez des vampires … Comment j'aurais pu le deviner ? J'ai rien fait de mal … Je cherchais juste un boulot … Pourquoi vous vous énervez comme ça ?  J'ignorais que j'allais travailler chez des vampires … parce que franchement j'aurais jamais postulé si je l'avais su … je veux pas avoir d’ennui moi ! »

Mais tout se qu'il pouvait dire ne semblait pas atteindre ses interlocuteurs et Guillaume lui demanda finalement s'il était honnête ou s'il leur voulait du mal.

« Mais je n'arrête pas de vous le répéter … je … je pensais travailler pour des humains. J'allais pas me présenter comme un vampire … ça n'avait aucun sens ! Vous trouvez peut-être ça suspect, mais j'ai juste répondu à une annonce moi … Si vous avez trop peur que je vous … fasse du mal renvoyez-moi et changez votre système de sécurité ! Et on fera comme s'il ne c'était rien passé d'accord ? »

Hadrien finit par s’effondrer totalement, sa peur et son incompréhension prirent entièrement le dessus. Ses tremblement se firent plus visible, et son regard plus fuyant. Personne ne viendrait l'aider ... Comme d'habitude, rien ne tournait en sa faveur. Comment avait-il pu imaginer que tout irait bien pour lui avec ce nouveau départ ?

« C'est bon pas la peine d'insisté. Je n'ai jamais signé de contrat et je ne suis jamais venu chez vous ? Okay ? Embauchez un humain, comme ça tout le monde sera content … Cette histoire est un malentendu … si vous ne pouvez pas me faire confiance, je ne vois pas pourquoi je me battrais pour garder le travail. Et puis c'est peut-être le signe que ce job n'est pas fait pour moi. Je ne dois de toute façon pas avoir les compétences pour … alors si on pouvait oublier cette soirée … »

Hadrien baissa la tête et se mit à se ronger les ongles, demandant d'une petite voix faible :

« Je peux rentrer chez moi ? Pitié … je veux rentrer … »

_________________

Apparence : 4 ; Signe particulier : Yeux vairons / Fort accent français

Tenue de Hadrien:
 

William:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
10/10  (10/10)
Point d'action:
7/30  (7/30)

MessageSujet: Re: Salle de réunion [18-01-2014]   Dim 18 Juin - 22:38

Guillaume contempla Hadrien, visiblement dubitatif. Il en faisait vraiment trop. Était-ce parce qu’il était très sensible comme lui avait suggéré Ambrosius ou faisait-il la comédie ? En tout cas il n’avait même pas eu la courtoisie de s’excuser, même si son erreur avait été involontaire. Ni poli, ni contrit, il ne s’intéressait même pas à la peur qu’il avait pu causer aux deux Ventrues. Ce qui importait était sa petite personne et non les conséquences de ses actes. Pour peu, il les accuserait d’avoir créé cette situation. Avant qu’il ne le déclare Guillaume prit les devants, toujours avec douceur mais fermeté.

- Monsieur Chevalier, j’espère que cela vous servira de leçon pour les siècles à venir. Comme l’a dit mon créateur, faites attention à qui vous demandez de l’aide… Ou un emploi. Procédez à une petite enquête de votre côté avant de postuler où que ce soit. Vous avez eu de la chance de nous manquer à notre domicile ; vous seriez dans une situation bien pire. Les règles de l’Elysium nous interdisent d’utiliser nos pouvoirs ici ce qui n’aurait pas été le cas chez nous.

Philippe hocha la tête. Marc se redressa, semblant se détendre un peu.  Le sang de son maître avalé plus tôt le rendait sensible à son ton paternel. Guillaume était un type formidable, il lui avait sauvé la vie et il était un super domitor. Et si l’explosif Hadrien tentait de s’en prendre à lui, il s’interposerait quitte à en mourir.

- Quant à changer notre système de sécurité, cela veut dire arracher le marbre et les boiseries et remodeler entièrement les protocoles de surveillance. Votre proposition est certes intéressante, mais elle nous coûterait plus d’un million d’euros
, reprit Guillaume avec un ton acidulé. Votre visite va nous coûter une fortune, à moins que vous ne désiriez nous aider à amortir les frais par une participation financière ?

Philippe gloussa, Marc sourit, très amusé par cette estocade. Dans un sens il n’avait pas tort : pourquoi devaient-ils payer alors que l’erreur revenait à Hadrien ? Marc lança un regard moqueur au jeune vampire avant de reporter ses yeux sur son domitor adoré.

- Quant à votre poste de valet de pied, vous ne pouvez prétendre à cette qualification. Je refuse que ma goule soit servie par l’un des nôtres, ce serait scandaleux. D’autre part nous recherchons un mortel que nous puissions asservir, qui obéirait à nos ordres au doigt et à l’œil et qui ne nous trahirait pas. Ainsi, monsieur Chevalier, je me vois dans l’obligation de vous renvoyer de votre poste. Vous…


- Vous pouvez choisir une autre opportunité. J’aurai besoin d’un vassal pour me seconder
, coupa à son tour Philippe qui parlait soudain d’un ton léger et indifférent. Sa colère volcanique semblait s’être apaisée. Bien entendu j’exigerai une fidélité absolue qui se concrétisera par un lien de sang comme le veut la tradition, mais ce n’est qu’un détail. Votre devoir serait de me protéger et de m’accompagner lors de mes sorties nocturnes. Vous serez bien rémunéré et protégé par mon rang et ma dignitas, si tant est que vous vous montriez efficace. Je n’aime guère les fainéants ni les fanfarons. Et puisque vous désirez si ardemment rentrer chez vous, je vous libère de cette entrevue. La journée porte conseil, vous reviendrez me porter votre décision demain soir. Vous connaissez notre adresse, dit-il avec une petite pointe de sarcasme, un sourire en coin.

Marc, sans mot dire, le regard fixe, s’écarta de la porte, prenant soin à ne pas s’approcher du pan de mur où s'appuyait Hadrien. Guillaume conservait un visage neutre, même si ses sourcils avaient formé un accent circonflexe pendant la tirade de Philippe qui l’avait pour le moins étonné.

[-1PA]

_________________
Tenue du 18 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salle de réunion [18-01-2014]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle de réunion [18-01-2014]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kusa en salle de réunion ! [PV Zassou]
» [Salle de réunion] L'Esquisse pour les nuls
» Couloir devant la salle de réunion
» La Salle du Feu
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Ténèbres de Glasgow :: La ville de Glasgow :: Centre Ville :: The Shadowland's door :: Elysium :: Salle de réunion-
Sauter vers: