''Les ténèbres de Glasgow'' est un forum de jeu de rôle, inspiré du jeu ©Vampire : la Mascarade de White Wolf (3ème ed.).
Le jeu se déroule de nos jours, dans la ville de Glasgow.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Glasgow Auction Room, vente aux enchères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mar 27 Déc - 23:17

Plusieurs personnes s'affairaient dans la grande pièce au style contemporain. Un traiteur finissait de monter le buffet pendant qu'un dernier coup d'aspirateur était donné aux différents tapis masquant le carrelage terne des lieux. Deux hommes vérifiaient que l'installation sonore était bonne, envoyant plusieurs bruits dérangeant se répercuter contre les murs. Un petit standard était prévu et lui non plus n’échappa pas à une inspection minutieuse.

Au milieu de la pièce, une femme d'apparence stricte posait son regard perçant sur tout le petit monde qui s'activait. Véritable chez d'orchestre, elle se déplaçait çà et là pour arranger un siège, remettre un cadre en place, tapoter sur la nappe pour lisser le pli qui la faisait tiquer depuis un moment.


Plusieurs hommes à la mise antique et aux gants blancs déplaçaient les lots qui allaient être vendus durant la soirée. Les choses les plus fragiles étaient recouvertes d'un dôme de plexiglas quant aux tableaux, ils étaient suspendus à bonne hauteur contre les murs de la pièce.


Sur une petite table de l'entrée, une pile de programmes était mise à disposition des éventuels clients.


Programme des lots de la vente aux enchères:
 

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Jeu 29 Déc - 0:42

-> De là

La sonnerie du smartphone de Guillaume résonna dans l'habitacle. Ambrosius; il décrocha. Ses compagnons de voyage se tinrent cois. Marc croisait furtivement son regard dans le rétroviseur intérieur, prêt à changer de chemin à la moindre indication de son maître. Mais aucun contre-ordre ne vint et la goule continua de suivre les indications du GPS. de son côté Philippe fixait son infant, attendant impatiemment un compte rendu de sa discussion avec le Prince.

- Il confirme ce que nous avions convenu hier: la soirée est à nous, la nuit est à lui.

Philippe eut un petit sourire satisfait et reporta son attention vers l'extérieur: toutes ces constructions contemporaines lui paraissaient bien étranges mais toujours intéressantes. Guillaume éluda le sentiment que lui avait donné le ton tendu d'Ambrosius. Quoiqu'il en soit il avait renouvelé ses paroles d'allégeance et son offre d'assistance au Prince de Glasgow; la balle était dans son camp s'il désirait un conseil ou un coup de main de la part des Margaux. Le trader dissimila son inquiétude et entra le numéro personnel du Prince dans son répertoire.

Les deux vampires activèrent leur sang lorsqu'ils furent arrivés à destination puis pénétrèrent dans le bâtiment. Marc repartit immédiatement: il avait encore du travail et un entretien d'embauche qui l'attendaient au bureau. La vente n'était pas encore commencée; Guillaume aimait flâner devant les objets en exposition avant de faire son choix. Quant à Philippe certaines choses lui rappelaient de délicieux moments du passé; d'autres des instants qu'il n'avait pas vécus et il faisait appel à la mémoire de son infant pour combler le vide du temps perdu en torpeur. Ni l'un ni l'autre ne pouvaient manquer la jeune personne qui semblait régenter l'évènement. Blonde aux courbes délicieusement féminines et sanglée dans des vêtements un peu trop petits pour elle, elle semblait déjà crispée avant que la soirée n'ait commencé.

-Elle a tout pour te plaire, constata Philippe, murmurant à l'oreille de son fils. Guillaume sourit: il préférait les beautés voluptueuses en vogue de la Renaissance jusqu'au milieu du XIXème siècle plutôt que les femmes menues et minces du Moyen-Âge ou qui s'exhibaient dans les magazines de mode en ce XXIème siècle. Celles-ci étaient du goût de Philippe.

- Je reviens, restez ici.

Philippe acquiesça puis regarda le spectacle, gardant un air neutre mais franchement amusé en son for intérieur. L'air désinvolte et rêveur, un sourire rappelant celui de la Joconde aux lèvres, Guillaume aborda la jeune femme avec l'affabilité que lui procurait des siècles de mondanités.

- Bonsoir, vous me voyez absolument désolé de vous de vous déranger en plein travail, miss... Mon associé et moi-même sommes arrivés un petit peu trop tôt semble t-il. Est-il cependant possible de regarder les lots déjà exposés avant la vente aux enchères ou devons-nous nous éclipser?

Guillaume travailla quelques intonations françaises pour jouer l'étranger charmant, un peu naïf et pas très au fait des us et coutumes locaux. Ce subterfuge s'est souvent montré efficace auprès des étrangers, surtout de la gent féminine qui adore se sentir utile auprès d'un pauvre frenchie en détresse qui l'air aussi innocent qu'un chiot un peu perdu.

[-1 PA]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Ven 30 Déc - 22:52

Il ne manquait plus que quelques éléments avant que la salle corresponde exactement à ce qu'attendait la femme se trouvant en son centre, très certainement l'organisatrice de l’événement. Des gens, les futurs acheteurs, commençaient à entrer et elle se mordit la langue pour ne pas s'en prendre aux mollusques qui lui avaient fait perdre un temps précieux. Elle ne pouvait s’empêcher de penser qu'ils ressemblaient à une bande de guignols puisque rien n’était prêt.

Pourtant, si on s'affranchissait des attentes de la blonde, la salle était parfaite. Tous les éléments n’étaient pas encore en place, mais de toute façon, ils défileraient tous sur le devant de la table centrale, porté par les mêmes hommes en train de les installer. Le buffet s’entendait sur un petit mur du fond, les serveurs attendant patiemment les hôtes pour les servir à leur guise. L'aspirateur avait disparu, de même que les deux hommes qui s’étaient chargés de l'installation sonore.

La blonde, son regard scrutant toujours les détails pour vérifier que rien ne lui avait échappé, sursauta quand une voix de velours l'interpella. Elle encra son regard froid dans celui de son interlocuteur, pensant qu'il s'agissait d'un de ses employés. Une rougeur fade s’étala sur ses joues avant qu'elle ne réponde, baissant les yeux quelques instants pour se reprendre.


« Bonsoir, oui bien sûr, vous pouvez regarder les objets à votre guise avant que la vente commence. C'est pour ça qu'ils sont exposés. »

L'homme était bien habillé, d'une prestance certaine et délicieusement courtois. Elle releva les yeux, emprunte d'un air très professionnel, son regard toujours aussi perçant.

« Vous ne me dérangez pas, je suis là pour ça ! »

Elle tiqua au fait qu'il ne semblait pas connaître son nom, mais passa outre, c’était l’événement qui était important, pas elle.

« Miss Livingston et vous êtes ? »

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Sam 31 Déc - 7:43

La jeune femme affichait un air strict et semblait un peu pincée que Guillaume ignore tout de son nom. Comment pouvait-elle reprocher au pauvre émigré fraîchement débarqué de ne pas connaître le bottin du gotha sur le bout des doigts? Guillaume la trouva délicieusement amusante. De son côté Philippe était penché sur la collection de pistolets anciens. Il n'avait pas attendu son infant pour se promener à sa guise et faire sa sélection. Guillaume n'avait qu'à tourner légèrement la tête pour le garder en ligne de mire, il reprit donc sa badinerie.

- Monsieur de Margaux, fraîchement débarqué de France.
Son nom ne pouvait que titiller l'oreille de miss Livingston, puisqu'une bouteille de son ancien fief apparaissait sur le dépliant. J'ai cru comprendre que l'un des lots en vente ce soir me concernait directement... dit-il d'un ton dégagé, les yeux pétillants de malice. Quoiqu'il en soit je ne baigne pas dans le monde du vin, je nage dans celui de la finance.

Ce genre d'information avait le don de mettre les galeristes et vendeurs d'art en transe: Guillaume devenait un client dont on tentait de cultiver l'amitié. Il poursuivit par un laïus hypocrite commun à tous les gens riches, son sourire charmant aux lèvres, sa voix douce comme une caresse.

- Cela me permet d'investir mes profits dans l'art; je suis d'autant plus heureux de le faire si je peux être utile à la communauté à travers les ventes de charité.


Les pauvres et les indigents? La lie de la société. Voilà ce qu'en substance Guillaume pensait du bétail des quartiers populaires. Depuis toujours son éducation et sa naissance l'avait conduit à adhérer aux thèses du darwinisme et du malthusianisme. Le Ventrue était loin d'être aussi généreux qu'il le prétendait, quelque peu fatigué d'être sollicité à distribuer son argent pour toutes sortes d'associations qui tentaient de le soudoyer par l’apitoiement ou les reproches.

- Mais je bavarde alors que vous avez encore mille choses à faire. Je vais prendre congé de vous en vous souhaitant une excellente soirée, j'espère sincèrement qu'elle sera à la hauteur de vos attentes.


Du coin de l’œil, il repéra Philippe qui commençait à s'impatienter. Son infant lui avait promis une soirée à deux et il se retrouvait à déambuler en solitaire au milieu d'antiquités alors que Guillaume papillonnait. Celui-ci attendait la réaction de miss Livingston pour le rejoindre ensuite.

[-1 PA]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Dim 1 Jan - 22:27

La jeune femme avait quitté l'appartement avant de recroiser Stéphane. Elle ne préférait pas le revoir ou même lui parlait avant d'avoir fait le point. Elle s'en voulait encore de s’être laissé allait d'une façon aussi débile. Il allait se faire des idées et il aurait raison en plus ! Sur les nerfs, elle s’était préparée avec soin avant de partir sans un mot.

Elle prit la voiture du blond et s'engouffra dans les rues de la ville. Il ne savait pas conduire, à quoi bon se priver de cet avantage. Elle continuait de penser à ce qu'elle devrait faire, à ce qu'elle devait faire. Stéphane avait un esprit tortueux et des préoccupations plus importantes qu'elle à ses yeux. Il vivait dans le passé, pour le souvenir d'une femme qu'il ne reverrait jamais, Julienne. Une pensée amère remonta, en fait, il la voyait à chaque fois qu'il posait les yeux sur elle. Il l'avait choisi pour ça, parce qu'elle ressemblait à la femme qu'il aimait, mais elle ne faisait que lui ressembler, rien de plus.

Ses doigts se crispèrent autour du volant alors qu'elle maudissait cette femme qu'elle n'avait jamais croisée. Elle devait se changer les idées ! Elle se gara non loin de l'université, une vente aux enchères se déroulait dans le coin, ça lui ferait sans aucun doute du bien de voir du monde et de dépenser l'argent du blond sans compter.

Un sourire satisfait aux lèvres, elle marcha rapidement vers son objectif et plus elle y réfléchissait et plus l'idée lui plaisait. Elle pénétra dans le hall et prit un dépliant pour voir ce qui allait être vendu. Elle suivit la masse grouillante des gens, enleva son manteau et se mit à admirer les lots avec un petit sourire taquin au coin des lèvres.

_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mar 3 Jan - 19:19

Le nom du jeune homme avec qui elle parlait fit pâlir la femme d'âge mûr, il n'avait même pas besoin d’énoncer le lot auquel il faisait allusion. De Margaux, un nom mondialement connu dont un de ses représentants se trouvait devant elle et allait participait à la vente qu'elle avait organisée. Toutes ses informations se bousculaient et toutes les possibilités qui pourraient en découler lui firent littéralement tourner la tête. Elle avait vaguement entendu le reste de la phrase du jeune homme et elle ne doutait pas un seul instant qu'il pourrait être intéressant de le ranger parmi la liste de ses bons amis.

« Monsieur de Margaux, je suis véritablement enchanté de vous rencontrer. »

Un sourire qui se voulait enjôleur prit place sur son visage, ses yeux froids se teintant d'une lueur calculatrice. Elle refréna l'envie de tendre la main vers le jeune homme et de s'accrocher à lui comme s'il était sa propriété. Elle n'aurait jamais pensé trouver quelqu'un comme lui dans un coin aussi reculé que Glasgow. À coup sûr, il pourrait lui ouvrir de nouvelles perspectives si jamais elle arrivait à s'en faire un client régulier. Peut-être pourrait-elle lui proposer une association plus durable et travailler pour lui.

« J’espère que vous trouverez de quoi vous satisfaire parmi les lots vendus ce soir, mais si ce n'est pas le cas, je pourrai sans doute y remédier. »

La mention de vente de charité lui passa loin au-dessus de la tête, c’était bon pour l'image et le reste n'avait pas d'importance. Que ce dandy s’intéresse aux œuvres caritatives était logique, toutes les personnes ayant un nom connu ou un compte en banque fourni se targuer de ce genre d’intérêt. Elle renonça à lui tendre sa carte de visite, préférant attendre plus tard que la discussion prenne un tour à son avantage.

« Il est vrai que j'ai encore beaucoup de travail, nous nous recroiserons sûrement plus tard. La soirée ne fait que commencer et j’espère qu'elle vous plaira. »

La prise de congé du jeune homme fit se tordre de contrariété les sourcils d'Erinne. Elle ne voyait pas comment retenir le jeune homme sans devenir impoli, elle lui adressa un sourire charmeur, promesse qu'ils se recroiseraient pendant la soirée. Elle ne comptait pas le perdre de vue et s'assurerait d'aller le voir à la moindre opportunité.

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mer 4 Jan - 23:58

Guillaume aime les plans qui se déroulent sans accroc. Il avait vu diverses émotions se refléter sur le visage de la plantureuse blonde : agacement, surprise, intérêt, vénalité et enfin perplexité. Exactement ce qu’il avait prévu. Guillaume laissait l’impression à Miss Livingston  qu’elle menait la danse. La balle était dans son camp, c’était à elle d’agir. Elle pouvait rester sur la touche, laissant la fortune du trader lui échapper ou être captée par un concurrent. Ou elle agissait en femme d’affaire, élaborant une stratégie plus ou moins complexe pour approcher l’objet de sa convoitise. Le Français lui ferait même croire qu’elle l’avait convaincu de travailler avec elle; elle en serait flattée. Mais en définitive le grand vainqueur serait celui qui croquerait l’autre.

- Alors peut-être à plus tard Miss Livingston… Guillaume inclina respectueusement la tête, son sourire toujours aux lèvres puis disparut parmi les silhouettes des acheteurs et des curieux qui se pressaient dans la galerie.

Il retrouva l’ex-Prince devant le lot numéro deux, non par goût mais parce que l’on se pressait autour du tableau du Hollandais, ce qui l’obligeait à faire la queue parmi le bétail. En vérité l’Ancien appréciait beaucoup la peinture, qu’elle ait un thème profane ou religieux. Saint Jérôme n’était pas son père de l’Église préféré mais pour une fois il était représenté dans un paysage bucolique ce qui tranchait avec les toiles où il apparaissait en clair-obscur ou au milieu de son étude. Cette petite originalité valait bien la peine de piétiner quelques minutes épaule contre épaule avec le commun des mortels.

Guillaume prit donc son mal en patience, consultant tranquillement ses mails sur son smartphone. Un mouvement de foule et il se trouva déséquilibré. Il trébucha et toucha légèrement l’épaule d’une beauté diaphane aux yeux clair et aux cheveux blond cendré.

- Oh ! Je suis absolument navré ! Je ne vous ai pas fait mal j’espère, s’excusa Guillaume qui n’avait fait qu’effleurer la jeune femme.

Philippe tourna la tête pour fusiller du regard l’insolente créature qui avait osé s’approcher trop près de son infant. La vue de des traits de la jeune femme lui fit l’effet d’un coup dans l’estomac. Hagard, il lui semblait que passé et présent se mêlaient d’une manière si indistincte que cela lui embrouillait l’esprit. A défaut de paraître fâché l'ex-Prince semblait béat, comme s'il était subjugué par la beauté de cette inconnue.

[-1 PA]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Dim 8 Jan - 23:00

Le buffet était tentant et la jeune femme s’était arrêtée pour prendre un verre de vin avant de commencer à déambuler. Comme d'habitude dans ce genre d’événement, tout le monde se pressait autour de la nourriture, une vraie bande de chacals. La blonde s’éloigna du banc de requin et profita de l’engouement que provoqué par le buffet pour aller voir les différents lots présentés.

Évelyne souriait, ravi de voir qu'elle pourrait débourser des sommes non-négligeables pour acquérir quelques-unes des antiquités présentées ce soir. Seule ombre au tableau, ce n’était pas assez cher pour que Stéphane le prenne mal. Elle pourrait toujours acheter les canapés mis en vente et regarder la tête de son maître au moment de la livraison. En y pensant, elle pouvait faire beaucoup mieux puisque Stéphane dormait la journée. Elle pourrait refaire la déco de l’appartement pendant son sommeil.

Une petite file s’était formée devant une des œuvres, le buffet venait de fermer, à n'en point douter. Souriante aux pensées qui tournaient autour de gens présents et du petit tour qu'elle réservait au crétin fini avec qui elle vivait, elle s'installa dans la file. Un mouvement devant elle se fit sentir et quelqu'un la heurta doucement. Elle leva la tête pour regarder l'homme qui venait de s'excuser et secoua une main, toute souriante.

« Ce n'est rien, vous m'avez à peine touché. »

Toujours souriante, elle avait vraiment eu une idée de génie en sortant de son côté pour se changer les idées, elle laissa son regard s’égarer sur le devant de la file. Quand elle tourna la tête, elle croisa le regard d'un autre homme qui la fixait d'une manière étrange. Elle baissa les yeux, comme pour se soustraire au regard qu'il posait sur elle et tourna la tête de l'autre côté en se raclant la gorge.

_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mar 10 Jan - 16:06

Guillaume fut interloqué par l’attitude étrange de son Père. Pourquoi regardait-il la jeune femme envers qui il s’était excusé de cette façon ? L’infant était habitué aux sourcils froncés de son sire et à une attitude méprisante. Un air idiot était une rareté qui aurait mérité une photo.

-Philippe ? Guillaume lui souffla son prénom à l’oreille avec une question implicite : que se passe t-il ?

- Ce n’est rien. Une réminiscence du passé
, murmura l’ancien Prince en français par le même procédé, sortant de son rêve éveillé pour retrouver la triste réalité.

Ils continuaient de piétiner en cheminant lentement. Guillaume affichait un air serein mais il demeurait inquiet ; son sire était étrangement grave et silencieux. Il affichait souvent cet air lorsqu’il se souvenait de sa gloire perdue. Il avait fallu quelques années après sa sortie de torpeur pour qu’il retrouve le sourire. Le richissime financier espérait qu’il ne fasse pas une soudain rechute. Même le lot numéro deux ne lui tira pas un sourire cynique ni une réflexion sexiste dont il régalait parfois son auditoire.

Soudain, comme mû par une soudaine impulsion, Philippe se dirigea vers la jeune femme avec la détermination d’un Panzer sur le champ de bataille de la Marne. Guillaume faillit écraser les pieds de l’homme derrière lui pour laisser passer son aîné qui se fichait bien de créer une bousculade.

- Mademoiselle, je vous prie d’accepter mes hommages, dit l’ex-Prince de Lyon dans un méli-mélo de français et d’anglais à fort accent étranger. Votre beauté est si grande que j’en suis fors ému. Mais votre bonté d’avoir pardonné à mon maladroit cousin surpasse votre grâce. Permettez à Philippe de Margaux de vous accompagner ce soir, une dame de votre qualité ne peut rester seule en ce lieu.

Guillaume se retint de ne pas se frapper le front. Il se sentait à la fois gêné et très amusé. Si cela avait été quelqu’un d’autre que Philippe, il aurait ri de cette méthode grossière et surannée d’aborder une dame. La jeune femme allait certainement prendre l’aîné des Margaux pour un simplet, un plaisantin ou une sorte de pervers.

[-1 PA]
[Français en italique]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Ven 13 Jan - 21:35

La jeune femme préférait éviter de regarder dans la direction de l'homme dont elle sentait toujours le regard sur elle. Elle se concentra sur un des lots en se demandant si elle ne ferait pas mieux de revenir plus tard pour voir le tableau. Ce serait un moyen simple de mettre de l'espace entre l’étrange homme et sa personne. Un soupir lui échappa, elle en avait vu d'autres et elle ne lui ferait pas le plaisir de fuir.

Elle releva les yeux, le dos bien droit et elle vit l'homme se diriger vers elle d'un pas conquérant. Les fins sourcils blonds se haussèrent sous la surprise, mais Évelyne ne fit pas un pas pour échapper à l’étranger. Elle écouta le méli-mélo de langues, son visage grimaçant de plus en plus pour finalement afficher une moue perplexe et ennuyée. Il y avait deux possibilités, soit elle avait affaire à un charmeur qui la prenait pour une innocente victime, soit cet homme était fou.

Pourtant, le visage de la jeune femme se détendit, affichant un sourire encourageant destiné à Philippe. La tête et le dos bien droit, elle encra son regard dans celui de l'homme en face d'elle et prononça d'une voix claire et charmeuse.

« Je vous remercie pour vos éloges, Monsieur de Margaux, mais une dame de ma qualité n'a pas besoin d’être au bras de quelqu'un pour passer une bonne soirée. »

Évelyne était très fière d'elle, elle espérait avoir délicatement mouché ce Philippe de Margaux. Sa façon cavalière, quoi que galante, de l'aborder l'avait mise mal à l'aise, puis énervé, tellement que son regard aurait pu clouer quelqu'un au mur. Elle avait déjà bien des problèmes avec Stéphane, elle n'allait pas supporter les attentions surannées d'un autre le jour où elle sortait pour se changer les idées. Elle garda sa place dans la file, inclinant poliment la tête, toujours souriante, le but n’était pas d’être malpoli.

« Je vous souhaite une très bonne soirée, Monsieur de Margaux ! »

Ce nom de famille lui disait quelque chose, il était Français et elle était certaine de l'avoir déjà entendu ou lu.




[les mots en italique sont prononcés en français]

_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Sam 14 Jan - 23:19

Philippe vit le visage de la jeune femme passer du sourire poli à une expression franchement rébarbative. Au début il crut que cela relevait de la linguistique. Certes, l’anglais de l’Ancien n’était pas des meilleurs : la dernière fois qu’il l’avait utilisé, c’était au XVIIIème siècle. Il aurait sûrement besoin de quelques leçons de vocabulaire mais il estimait être parfaitement compréhensible malgré son accent prononcé. En outre Marc lui avait expliqué qu’il serait facile de nouer des relations avec les femmes en Grande-Bretagne : même si les britanniques n’aimaient guère les Français, le côté "French Lover" (une expression employée par le servant qu’il avait dûment enregistrée) faisait toujours son effet. L’ex-Prince fut alors satisfait d’apprendre que ses concitoyens n’avaient pas perdu leur réputation de grands séducteurs auprès des étrangers.

Philippe ne comprit pas pourquoi son aimable proposition fut rejetée. Il ne s’agissait que d’une invitation sans aucune arrière-pensée, mais la mortelle semblait s’en être offusquée, comme si elle lui reprochait de vouloir veiller sur elle. Les femmes modernes veulent s’émanciper des hommes et prouver qu’elles peuvent tout faire toutes seules. C’était une chose que le vieux Ventrue qui avait vécu pendant des siècles dans une société sexiste avait du mal à accepter. Il ne montra cependant rien de sa déconvenue, gardant un air aimable. Lui, tout du moins, restait poli.  

Plus le regard de la demoiselle se faisait noir, plus il souriait. Vraiment ? Comptait-elle l’intimider de cette manière ? Il avait défié des Princes bien plus âgés et renommés que lui et mis au pas des criminels qui lui feraient dresser les cheveux sur la tête s’il lui expliquait leurs exactions.

- Je vous souhaite une bonne soirée également, mademoiselle. J’espère que vous saurez trouver la paix dans la solitude.

Il s’inclina très légèrement, toujours son sourire narquois aux lèvres et retourna auprès de Guillaume d’un air aristocratiquement crâne.

- Eh bien ? Demanda l’infant qui n’avait rien perdu des expressions de l’une et de l’autre durant l’échange.

- Oh, une Olympe de Gouges moderne, répondit vaguement Philippe.

Si au XXIème siècle ladite femme de lettres était encensée comme l’une des premières féministes françaises, l’ex-Archonte connaissait bien l’autre pan de sa vie : la dame ne vivait pas de ses livres et menait une vie de courtisane pour subvenir à sa liberté et ses besoins. Bref, une femme de mauvaise vie et une agitatrice politique qui avait contribué à la Révolution.

- Elle n’a même pas daigné se présenter. Son ton blasé en disait long. Guillaume connaissait suffisamment bien les bonnes manières pour savoir que cela représentait un grave affront pour le vieux vampire. Certes, les mortels en cette époque contemporaine n’en avaient cure mais Philippe restait très à cheval sur les anciens usages.

- Cette foule me déplaît, allons nous installer, décida tout net le chef de famille quelques secondes plus tard.

- Bien sûr, répondit Guillaume suivant son sire docilement, un peu vexé d’avoir perdu son temps à faire la queue pour rien.

Philippe choisit bien évidemment le premier rang devant l’estrade des commissaires priseurs. Son infant et lui seraient aux premières loges pour admirer les lots et Guillaume y vit une occasion supplémentaire de se rapprocher de Miss Livingston. Une fois éloignés des oreilles indiscrètes, Philippe se pencha vers son fils pour lui expliquer à l’oreille son étrange comportement.

- Hier tu m’as donné un nom qui me rappela les siècles passés : Stéphane Andrieu. Il adopta le nom de sa sire défunte, Julienne Andrieu. Et se soir quelle n’est pas ma surprise d’apercevoir son sosie dans la foule.


- Seigneur ! Je comprends votre trouble. La coïncidence est trop grosse pour qu’elle en soit une.
S’il avait été humain, Guillaume aurait pâli et se serait agité. Mais il dissimula son inquiétude sous un sourire de façade. Philippe acquiesça. Les deux hommes s’étaient compris, il n’y avait rien à ajouter.


Guillaume changea de sujet, demandant à son sire quels lots pouvaient l’intéresser. Adopter un comportement de circonstance pour sauver les apparences semblait la meilleure chose à faire. L'ex-Prince désigna quelques objets sur la brochure puis se mura dans un silence emprunt de réflexion. Stéphane, Julienne, cette intrigante jeune fille… Voilà un mystère intéressant ou la folie d’un infant au désespoir qu’il pouvait peut-être mettre à profit. Il ne s’attendait pas à découvrir une situation aussi complexe qui le touchait personnellement dès son arrivée à Glasgow. Quelque part il en était ravi, son cerveau en ébullition émettait mille hypothèses.

[langue française en italique]
[-1 PA]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mer 18 Jan - 22:36

Évelyne regarda les deux hommes s’éloigner une fois que son interlocuteur lui eut souhaité une bonne soirée. Ça manière de faire et de parler n'avait pas calmé les nerfs de la jolie blonde. La réponse qu'elle avait faite à ce De Margaux avait dû lui déplaire, mais elle s'en fichait royalement. Le nom ne lui était pas inconnu et il l’était pour bien peu de monde sûrement. Cet homme portait le nom d'un des vins les plus renommés de France. Un homme de la haute société qui pensait sûrement que tout lui était dû et qu'on ne pouvait rien lui refuser. Elle pourrait se rengorger de lui avoir montré qu'elle n'avait pas besoin de lui, qui qu'il soit.

Rassérénée par ce constat, elle s'avança vers la file pour finalement jeter un coup d’œil au tableau qui était présenté comme la pièce maîtresse de la soirée. Il ne l’intéressait pas et même la perspective de rendre Stéphane furieux ne lui ferait pas acheter cette croûte.

Elle prit place sur une des chaises présentes dans la salle, zieutant vers l'homme avec qui elle avait échangé un peu plus tôt. Elle le détailla, lui et son compagnon, on aurait vraiment dit deux aristocrates. Ceci dit, elle aurait pu le penser pour bien des gens présents dans la salle de vente. Plus tranquillement, maintenant qu'elle était sagement assise en attendant le début des enchères, elle se demanda pourquoi elle avait été abordée de la sorte.


_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Lun 23 Jan - 19:57

Les discussions et le brouhaha allaient bon train dans la salle des ventes, chaque lot présenté causant un petit attroupement. Les nombreux sièges disposés en ligne droite étaient bien loin d’être tous occupés, les futurs acheteurs profitant du temps qui leur restait pour inspecter d'un œil critique leur potentielle acquisition.
Un carillon se fit entendre, fin et léger, mais assez présent pour que toutes les personnes en train de discuter puissent l'entendre. Disciplinés, les gens s’avancèrent pour prendre place en continuant leur discussion sur un ton plus bas. Toute l’équipe, composée pour assurer une vente aux enchères digne de ce nom, était prête, Miss Livingston y veillant de son œil acéré.


Cette dernière sortit des coulisses pour prendre place sur la petite estrade, à la droite du pupitre du commissaire-priseur. Elle glissa quelques mots discrets à ce dernier et il se pencha inutilement vers le micro pour s'adresser à la foule.

« Mesdames et Messieurs bonsoir, je me nomme Pike Alejandro et je serais le commissaire-priseur de cette vente. Nous allons vous présenter les lots dans le même ordre que celui présenté dans le prospectus disponible à l'entrée. Sachez que d'autres acheteurs n'ayant pas pu faire le déplacement seront représente par notre équipe d’opérateurs téléphoniques. Bonne soirée et surtout bonnes enchères. »

L'homme de taille moyenne attrapa le marteau qui lui servirait tout au long de la soirée et adressa un sourire encourageant à toutes les personnes présentes dans la salle. Deux hommes en Queues-de-Pie et gants blancs prirent soin de poser délicatement le premier lot sur le portant se trouvant devant le pupitre du commissaire-priseur.

De son côté, Miss Livingston avait quasiment fusillé du regard le commissaire-priseur, cependant, elle reporta bien vite son attention sur les hommes chargés de déplacer les lots. Une fois le tableau posé sur son socle, elle chercha discrètement sa proie de la soirée qu'elle observa quelques minutes, son regard plein d'espoir et de convoitise posé sur le jeune homme.

Pike Alejandro, le commissaire-priseur :
 

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Jeu 26 Jan - 23:44

Le petit mouvement de foule permit aux Ventrues de reprendre pied avec la réalité. Le premier sortit de ses réflexions pour observer le spectacle offert par les personnes présentes sur l'estrade. L'autre rangea son téléphone dans sa poche après l'avoir mis sur vibreur; il avait réussi à estimer la valeur de certains lots mais pas tous, à sa grande contrariété. Qu'importe, il ferait preuve de charité en dépensant quelques billets supplémentaires.

Miss Livingston fit son entrée, plus autoritaire que jamais. Les employés devaient subir les reproches de cette femme exigeante. Observant la femme blonde, Philippe se pencha à l'oreille de son infant pour lui murmurer une réflexion aussi grossière que sexiste dont il avait le secret.

- Voilà une pouliche belliqueuse qu'il faut manier à la baguette.


- C'est avec une main légère que l'on apprend au cheval à travailler et fléchir la tête
, répondit Guillaume qui faisait tout pour ne pas se tourner vers la donzelle en question afin de ne pas exploser de rire.

- C'est une honte que de citer Xénophon contre moi. Un homme admirable cependant...


Philippe n’eut pas le temps d’élaborer, le tableau de maître venait de faire son entrée. Il se pencha en avant pour en détailler la composition et son état général. Une restauration serait nécessaire mais la qualité des rouges et des bleus était encourageante. Guillaume sourit, constatant que la toile plaisait à son père malgré les marques du temps. C’était le cadeau idéal pour se faire pardonner la mésaventure de la veille.

Guillaume eût préféré que les enchères commencent sur des lots de moindre importance, ainsi certains acquéreurs auraient épuisé leur budget. Malheureusement la lutte fut féroce pour remporter l’œuvre. Philippe, amusé, regardait avec intérêt les mains se lever, les hochements de tête et les employés s’exciter au téléphone. Plus la bataille durait, plus il s’énervait. Une personne en particulier l’irritait : une vieille dame distinguée à quelques rangs derrière eux. Finalement après un âpre duel elle renonça et Guillaume acquit le tableau pour la modique somme de 230 000 £ sous les applaudissements de la salle. Il eut la grâce d’accorder enfin un sourire de satisfaction à miss Livingston qui devait se dire qu’elle avait trouvé le parfait pigeon à plumer.

- Au temps pour la vieille rosse !
Lâcha Philippe en oubliant toute retenue, satisfait que son fils n’eut pas abandonné la bataille par excès de courtoisie. Je suis transporté par ta victoire, j’espère que tout le monde ici a compris quelle sorte d’homme tu es. Un de Margaux ne recule jamais.

- Tout dépend pour quoi ; certaines pièces ne méritent pas que l’on s’épuise trop pour elles. Ce n’est pas le cas de ce magnifique tableau, répondit Guillaume avec son éternel sourire rivé aux lèvres, tempérant l’intransigeance de son sire. Les deux vampires cessèrent leur discussion puisque le lot numéro deux faisait son entrée dans la pièce.

[-1 PA]
[italique en français]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Ven 27 Jan - 22:30

La vente commença peu de temps après qu’Évelyne se soit assise. Peut-être que venir ici n’était pas une aussi bonne idée qu'elle l'avait cru au départ. L'idée de mettre Stéphane hors de lui était ternie par les questions qu'elle se posait au sujet de l'homme qui l'avait abordé un peu plus tôt. Son regard tendait à errer du côté des deux bruns, les observant pour se faire une meilleure idée de qui ils étaient. Ça serait sans doute un bon moyen de faire enrager Stéphane. Elle pourrait lui faire croire qu'elle avait passé la soirée au bras d'un charmant français appartenant à une famille noble très ancienne. Elle aurait peut-être dû accepter la proposition de ce De Margaux et le présenter au blond. Oui, elle aurait certainement dû faire ça, mais il était trop tard pour faire marche arrière.

Elle déplia le prospectus, le regardant sans vraiment d’intérêt pendant que les enchères commençaient. C’étaient le vieux tableau qu'elle trouvait disgracieux qui était à l'honneur plusieurs personnes semblaient le vouloir. Évy suivit les différents échanges entre le commissaire-priseur et les acheteurs, souriant de l'ambiance calme qui venait de changer radicalement.

C'est le compagnon de l'homme qui l'avait abordé qui remporta la vente. Il sortit vainqueur de la vente après un âpre duel avec une vieille dame de la haute société. Évelyne nota qu'ils devaient être tout deux des gens aisés, encore une chose qui pourrait énerver son blond. Elle masqua son sourire derrière le prospectus, attendant que la vente se poursuive et qu'on propose un des objets qu'elle avait repéré et qu'elle pensait acquérir.


_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mar 31 Jan - 0:57

Une fois le tableau vendu, la vente suivi son cours et les articles s’enchaînèrent sans heurt. La vieille dame lançait encore quelque regard courroucé vers le petit impertinent qui lui avait fait perdre l’œuvre qu'elle souhaitait acquérir. Elle n’était pas la seule à jeter plusieurs regards vers l'homme, puisque la blonde qui se trouvait au côté du commissaire-priseur était aussi de la partie. Miss Livingston le couvait littéralement d'un œil spéculatif et intéressé, semblant jaugé les goûts et les actions du jeune brun dont les poches semblaient si bien fournies.

La salle était calme malgré les enchères des divers tableaux et dessins, l'engouement pour ceux-ci n’était pas aussi important que pour le premier lot. Une fois encore, les hommes aux gants blancs prirent l’œuvre exposé alors que d'autre amené la suivante. La lithographie avait un beau rendu sous l’éclairage blanc des lumières de la salle.

« Lot n°5 une lithographie de Chu Teh Chun représentant un paysage abstrait. On peut distinctement voir la signature de l'artiste au bas de l’œuvre. La mise à prix est de 1 910 £ »

Plusieurs mains se levèrent pour faire l'acquisition du lot proposé, le regard de Miss Livingston se porta encore une fois sur Guillaume puis dévia sur la droite pour observer une jeune femme non loin. La fièvre de l'achat prit à nouveau possession de la salle.

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mar 31 Jan - 23:41

Guillaume fit discrètement non de la tête à l'intention de Miss Livingston lorsque le lot numéro deux fut exposé pour la plus grande joie des intéressés. Guillaume trouvait les tons du tableau trop rouges pour son intérieur. Quant à Philippe, il na manqua pas une pique sexiste à l'oreille de son infant.

- Qui voudrait ces tricoteuses dans son salon? N'est-ce point assez d'avoir sa femme brodant près de l'âtre? Fi! Qu'elles sont tristes et laides!


Philippe préférait les compositions plus légères où les jeunes femmes étaient belles et de préférence dénudées. Les lots suivants ne l'intéressèrent donc pas vraiment. Guillaume les trouva quant à lui assez quelconques: rien qui ne sorte de l'ordinaire et qu'il ne puisse trouver chez un bon antiquaire.

L'infant se redressa lorsque le lot numéro cinq entra dans la pièce.

- Par saint Vincent, quelle horreur!

Philippe avait beaucoup de mal à entrevoir de la beauté dans l'art abstrait. Les artistes contemporains avaient vraiment perdu le sens commun pour créer des œuvres aussi laides. Il fut estomaqué lorsque son fils, dont le bon goût avait été formé par les Toréadors, commença les enchères.

- Non! Je l'interdis! Philippe était mécontent: hors de question de dépenser un sou pour une croûte d'un artiste inconnu au nom imprononçable.

Guillaume se tourna vers lui, surpris. Il leva encore une fois la main mais son sire lui saisit la manche de son costume.

- Je refuse que tu achètes cela. C'est hideux.

- C'est un peintre très coté surtout dans les pays asiatiques. Je comptais l'acquérir pour le donner en cadeau à un investisseur chinois.

- Donnes-lui une poterie Ming
, répondit du tac au tac l'ancien Prince. A son époque les chinoiseries étaient importées en masse.

-Certainement pas
, refusa Guillaume avec l'air supérieur qu'affecterait un Toréador qui s'y connait en antiquités, elles sont absolument hors de prix. Je souhaitais juste un petit quelque chose un tant soit peu décoratif.

Pendant que les deux Ventrues parlementaient les enchères s'étaient envolées. Le marteau s'écrasa, adjugeant la lithographie au sosie blond de Julienne. Étonnamment cela amusa beaucoup Philippe.

- Ah! Ah! En plus d'être impertinente, elle possède un goût plus que douteux. Guillaume secoua la tête en riant, pensant que le malheur des uns faisait le bonheur des autres.

[-1 PA]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Jeu 2 Fév - 23:13

Évelyne attendait que les lots qu'elle avait l’intention d’acquérir fassent leur entrée. Certainement que la personne qui organisait l’événement avait dû choisir de classer les objets par catégories puisque, jusqu'ici, il n'y avait que des peintures et des dessins qui passaient sur le devant de la scène. La jeune femme profita de ce temps pour observer les gens de la salle et essayer de deviner qui pourrait lui donner du fil à retordre.

Elle remarqua qu'elle n’était pas la seule à observer le couple d'hommes qu'elle avait croisés plus tôt. Une femme à l'air sévère, qui se trouvait du côté de l’équipe de vente, jetait régulièrement des regards dans leur direction et Évelyne s'amusa à essayer d'en deviner la raison. Le nom de celui qui semblait être le plus vieux devait sans doute en être la cause. D'ailleurs, une bouteille de vin à son nom était en vente ce soir et Évelyne s’était fait la promesse d'y mettre la main dessus.

Un soupir lui échappa alors que son regard prenait, encore une fois, la direction du couple. Ils discutaient tous les deux et Évy se demandait de quoi ils pouvaient papoter pendant que les lots défilaient. Ce n’était pas son problème, mais elle était de nature curieuse et elle voulait se changer les idées.

Le lot qu'elle attendait fit son entrée et la blonde leva vivement la main quand le chargé de vente donna le coup d'envoi. Bien entendu, elle n’était pas la seule à enchérir, plusieurs personnes semblaient intéressées par cette œuvre. Les deux hommes sur qui elle gardait un œil semblaient se disputer à voix basse. Le sourire d’Évelyne s'accentua, de même que sa volonté d’acquérir ce lot.

Elle remporta l’enchère sans trop de difficultés, ses adversaires se couchant assez rapidement. Elle aurait aimé se battre en peu plus longtemps contre le potentiel cousin de l'homme qui l'avait abordé plutôt, mais il était un des premiers à s’être couché. Elle espérait qu'ils auraient d'autres occasions de s'affronter à travers une vente.

Satisfaite de son premier achat, elle se reposa confortablement dans son fauteuil alors qu'elle attendait le lot suivant avec un sourire mauvais. L'idée de faire livrer les canapés à l'appartement et la somme qu'elle allait débourser pour les acheter lui faisait énormément plaisir, une sorte de façon de se défouler.

_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Dim 5 Fév - 0:53

Le lot n°5 quitta la pièce pour être remplacé moins rapidement que d'habitude. Quatre hommes lourdement chargés se frayèrent difficilement un chemin jusqu'à l'endroit où était exposé le lot en vente. Une fois leurs fardeaux posés au sol, ils soufflèrent avant de repartir en coulisse. Le silence laissait par le personnel de service ne dura pas bien longtemps, le commissaire-priseur donnant à nouveau de la voix.

« Lot n°6, une paire de canapés Charles X en bois de palissandre et citronnier, ils sont authentifiés d’époque, le XIXième siècle. Mise à prix, 4800 £ »

Le nombre d'acheteurs était bien plus restreint que pour les autres lots. La vente fut d'ailleurs beaucoup plus longue puisque les enchérisseurs étaient beaucoup moins vifs. Seule une jeune blonde était activement sur le coup, levant la main dès que quelqu'un faisait monter le prix. C'est d'ailleurs elle qui remporta l’enchère, ne luttant que très peu avec un obscure acheteur gérer par l’équipe téléphonique.

« Adjugé à la demoiselle du second rang pour la somme de 14 400 £. »

Les canapés repartirent avec tout autant de difficultés et furent rapidement remplacés par deux chaises. L’enchère se déroula dans la même atmosphère que pour les canapés, les meubles de semblant pas déclenché d’émois du côté des clients.

Ce fut bientôt au tour des armes d’être présentées à l'assemblée. Précautionneusement, chacune fut sortie de sa boite et exposé sur une table légèrement inclinée. La vente dura un long moment chaque arme étant vendu séparément les unes des autres.

« Lot suivant, le n°9, un violon du luthier italien Niccolò Amati. Mise à prix, 16 700 £ »

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Dim 5 Fév - 23:03

Guillaume riait encore lorsque le lot numéro six -en deux parties- fut déposé presque‘à ses pieds par des hommes ahanant et suant dans leur costume. Miss Livingston surveillait la manipulation telle une terrible dragonne prête à les écorcher vifs si un coin de meuble avait cogné dans un obstacle. L‘enchère commença mollement. Le Français y vit deux raisons: la première était l‘encombrement: ces pièces seraient plus en valeur dans le salon d‘un manoir que quand un petit appartement contemporain. La seconde était esthétique: la forme du meuble, les couleurs, la marqueterie… Tout était has-been.

- Tu n‘enchéris pas? Demanda Philippe à son oreille d‘un ton déçu.

- Certes non! Répondit Guillaume en se raidissant.

L‘ex-Prince amorça un lever de main mais fut stoppé net par son infant qui retint délicatement son poignet.

- Non, cette fois c‘est à moi de vous prier de ne pas enchérir. En l‘état actuel de ces pièces, ce serait un faux pas qu‘un Dégénéré ne manquerait pas de pointer du doigt.


-Et pourtant j'ai eu le même style de meuble dans mes appartements.
L‘ex-Prince se souvenait du décor de son palais au moment de sa gloire passée.

- Ces couleurs étaient à la mode il y a quelques siècles mais aujourd’hui ce mélange hétéroclite heurte la sensibilité rétinienne.

Philippe fit la moue. Son fils venait ni plus ni moins de lui renvoyer son âge avancé à la figure que et son goût qui fut excellent au XVIIIème siècle était devenu complètement ridicule. Guillaume tenta de se rattraper comme il le pouvait.

- La forme n‘est plus d‘actualité même si elle peut apporter un peu d‘originalité à un salon. Ce qui pêche le plus est la couleur de l‘assise; si j‘achetais ces canapés je les ferais restaurer en optant pour des tons plus neutres qui mettraient en valeur la marqueterie; une belle soie sauvage ivoire ferait ressortir les inclusions en citronnier.


Philippe croisa les bras et se cala dans le dossier de sa chaise en considérant les meubles avec les améliorations proposées par Guillaume. Il n‘était pas vraiment convaincu. Autrefois chacun mettait en avant sa personnalité en osant les couleurs, bijoux et styles. Aujourd’hui l‘Ancien devait enfiler des costumes sombres et mornes qui lui donnaient l‘impression d‘être en deuil perpétuel. Combien cela était triste! La mode qu‘elle soit vestimentaire ou en terme de décoration intérieure était à la neutralité et au minimalisme. Dieu que le Rococo et le style Renaissance lui manquaient!

Le marteau s‘écrasa et les canapés furent adjugés à l‘inconnue. Décidément cette jeune femme n‘avait reçu aucune éducation en matière d‘élégance… Ni en bonnes manières du reste. Philippe lui accorda un petit regard hautain puis se tourna vers les chauffeuses qui devaient être également passées de mode selon les critères de Guillaume.

Les armes furent vendues une à une. Certaines était fort anciennes, d‘autres plus récentes. Toutes étaient impropres à l‘utilisation et n‘attisaient l‘intérêt que des collectionneurs. Elles n‘intéressaient guère le Prince mais son infant les resitua dans le temps pour lui. Cela leur rappelèrent à chacun quelques souvenirs qu‘ils ne détaillèrent pas à cause du public.

L‘œil brillant Guillaume se redressa vivement lorsque le lot numéro neuf fut amené au public puis installé sur un présentoir. Malgré son calme apparent Philippe savait que son infant était fébrile. C‘était pour cette pièce qu‘il était venu et non pour le premier lot. Ce fut d‘ailleurs sa main qui fusa en premier pour lancer l‘enchère. Peu de personnes dans la salle se montraient intéressées par contre la confusion régnait au standard téléphonique où des étrangers maîtrisant peu l‘anglais passaient leurs ordres. Les prenant de vitesse Guillaume gagna habilement l'enchère pour la très modique somme de 50 000 livres. Victorieux, il serra le poing tout sourire sous les applaudissements polis du public.

- Oui!
s‘exclama t-il en français d‘un air guilleret de la même manière que s'il venait de remporter un contrat immobilier d'une extrême importance.

[-1 PA]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Jeu 9 Fév - 22:37

La blonde commença l'enchère sitôt que les canapés furent proposés par le commissaire-priseur. Sans prendre de gant, elle ne laissa aucun répit aux autres acheteurs dont le nombre était bien moins important. Elle se fichait de la somme qu'elle débourserait pour les avoir. À vrai dire, plus elle payait cher pour les obtenir, plus elle serait heureuse. La colère de Stéphane n'en serait que plus douce et jouissive.

Elle faillit sautait de sa chaise quand le vendeur clôtura la vente, ils étaient à elle. Le prix n’était pas dérisoire, mais elle aurait préféré payer beaucoup plus pour les avoir.

Le lot suivant arriva à son tour, les deux chaises prirent, comme les canapés, plus de temps à être vendu. Évy mit ce temps à profit pour regarder une dernière fois le catalogue de vente et pour observer les deux hommes non loin d'elle. La vente se poursuivit, plus ou moins rapidement en fonction de l'objet en vente. Le temps passait sur la collection d'armes lui parut être une éternité. Elle faillit presque se lever pour rentrer chez elle, mais malheureusement, elle devait attendre jusqu'à la fin pour conclure ses achats, mais surtout pour remporter la bouteille de vin.

Sa patience réduite fut mise à rude épreuve, mais elle trouva une occupation en fouillant dans son téléphone. Elle releva le nez quand un violon fut mis à la vente et elle leva en sourcil quand il fut remporté par le compagnon de l'homme qui l'avait abordé. Le fait qu'il ait utilisé le manque de professionnalisme du personnel qui s'occupait des clients au téléphone ne lui échappa pas. Elle n’était pas la seule à utiliser tous les moyens à sa portée pour arriver à ses fins.

_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Ven 10 Fév - 22:46

« Adjugé au jeune homme pour la somme de 50 000£ »

Le prix sembla choquer Miss Livingston dont le regard fusilla le commissaire-priseur avant de se porter sur Guillaume pour l'observer comme si elle le voyait pour la première fois. Comme une girouette, elle tourna ensuite ses yeux vers les personnes du standard, semblant avoir trouvé les fautifs de cette mascarade. Elle ne prendrait pas de gants pour leur expliquer que c’était inadmissible d’être aussi incompétent.

Le violon fut emporté sans que le personnel chargé des œuvres ne se rende compte du drame qui se déroulait pour Miss Livingston. Quelques secondes plus tard, c'est le lot n°10 qui fut posé sur la petite table de devant. Pour l'occasion, l'homme qui s’était chargé de l'amener resta à coté du petit écrin pointant sur celui-ci une mini-camera dont l'image se répercuta sur le fond de la salle.

« Lot n°10, une bague en or blanc de 5 grammes 45, ornée d'un très beau saphir de 2,75 carats. La mise à prix est de 1 492 £. »

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume de Margaux

avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 02/08/2016

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Ven 10 Fév - 23:12

Le neuvième lot disparut, remplacé par les bagues dont les carats firent réagir la gent féminine.

- Qu‘a ce violon de si particulier? Demanda tout haut Philippe en profitant du brouhaha.

Il comprenait que son infant fût heureux car à son époque les violons italiens étaient déjà fort chers et réputés. On se les arrachait déjà au sein des cours qu‘elles soient mortelles ou vampiriques. Mais depuis il supposait que les instruments avaient baissé dans l‘estime des mélomanes, un peu comme les canapés bleus aux froufrous roses avec les décorateurs d'intérieur.

- Ils sont d‘une qualité exceptionnelle inégalée à nos jours. Ce n‘est pas un del Gesù mais cela reste néanmoins une pièce de maître rarissime. L‘un de ces violons a été vendu il y a quelques années…

Guillaume mit la main à sa poche et en sortit son téléphone. Il fit quelques recherches et trouva un article relatant cette vente privée. 400 000 €. Penché sur le petit écran Philippe se couvrit la bouche de surprise puis ses épaules furent secouées d‘un rire silencieux. Son fils était littéralement un génie; il arrivait à flairer les bonnes affaires aussi bien que l‘ex-archonte repérait les intrigants. Il n'encensa pas son infant pour autant.

- Cela fera une belle plus-value à la revente. Je suppose que tu as déjà quelques accointances qui seraient intéressés.
Philippe savait que Guillaume avait quelques amis musiciens Toréador. S'il favorisait l'un plutôt que l'autre, cela finirait en une belle foire d'empoigne.

- Non, je vais garder cette beauté. Elle est absolument merveilleuse
, dit-il l‘air plus rêveur qu‘à l‘ordinaire.

Il ne comptait tout de même pas s'exercer sur cet instrument de maître? Son sire le trouva un peu trop béat et décida de lui faire retrouver la réalité grâce à une petite pique bien placée.  

- Mes pauvres oreilles… Tu vas jouer des scies toutes les nuits sur ce crin-crin
, grogna Philippe en affectant un air mécontent en totale contradiction avec son humeur réelle.

Il fit ensuite semblant de s‘intéresser aux ventes. Guillaume l‘imita mais parfois ses yeux pétillants se posaient sur une miss Livingston furieuse et il lui adressait un sourire heureux qui ne devait guère améliorer son humeur. Cette soirée avait été couronnée de succès, la fin de nuit serait certainement tout aussi joyeuse.  

[italique en français]
[-1 PA]

_________________
Tenue du 19 janvier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Andrieu

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/04/2014

Feuille de personnage
Sang: Actif
Point de sang:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Mar 14 Fév - 22:49

Toujours à ses observations, la jeune blonde observa l'assemblée, trouvant que l'ambiance était en train de se dégrader. Elle entendait clairement des gens qui chuchotaient dans son dos, ils étaient mécontents de l'organisation de cette vente. Évelyne ne savait pas qui était aux commandes de cette soirée, mais elle aurait fort à faire une fois que les enchères seraient finies.

Plus loin, sur l'estrade, elle capta plusieurs regards meurtriers qu'une femme d'âge mure adressaient à diverses personnes. C’était peut-être elle l'organisatrice et alors les gens qui étaient à son service n'avaient pas fini de se faire enguirlander. Elle afficha un petit sourire mesquin quand elle vit la femme tournait ses yeux vers le couple d'hommes devant elle. La façon dont le plus jeune avait remporté l’enchère ne lui avait pas échappé.

L'objet suivant fut amené rapidement et Évelyne se redressa dans sa chaise pour l'observer. Elle fut ravie de constater que les organisateurs avaient prévu de mettre sous camera les objets les plus petits. Elle observa l'image de la bague qu'elle voulait et attendit que l’enchère commence. Elle entendait les piaillements de personnes, mais ne faisait plus attention au sujet de leur conversation.

La vente se déroula sans problème puisque Évelyne n'avait pas beaucoup d'opposants. Seul bémol, elle remporta la bague pour une somme qui lui paraissait démesurée. L'homme au marteau ne s’était pas gêné pour faire monter le prix malgré le peu de gens intéressé. 5 800 £ pour une bague comme celle-ci était vraiment cher payé.

_________________
Tenue du 18 Janvier:
 
Évelyne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 851
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   Ven 17 Fév - 0:18

Le marteau du commissaire-priseur brisa le pseudo-silence de la salle quand la bague en saphir fut attribuée à la jeune femme qui avait déjà remporté le lot de canapés. Une autre bague prit place au même endroit et engendra la même réaction dans la salle. L’enchère de ne s’éternisa pas et encore une fois, elle partit pour un prix bien supérieur à sa valeur. Alejandro jeta un regard vers Miss Livingston, souriant de toutes ses dents devant une si belle réussite.

La vente suivit son cours, l’intérêt des acheteurs se raffermissant maintenant que l'on passait aux objets de décoration. La première pendule parti vite et la deuxième trouva naturellement sa place sur le petit podium du commissaire-priseur.

« Lot n°13, pendule d’époque Louis XVI, signée. Mise à prix, 8 000 £. »

La nouvelle dynamique retomba comme un soufflet, cette pièce était sans doute bien trop cher. À nouveau, peu de monde s'intéressa à ce lot, laissant l’enchère durer jusqu'à épuisement des concurrents. Devant le peu de réactions de son public, et même du standard, Mr Pike soupira et se racla la gorge avant de prendre la parole d'un air ennuyé.

« La vente prend fin et j'annonce qu'aucun acheteur n'a su la remporter. »

Le marteau frappa à nouveau le socle prévu à cet effet et, comme de bons petits soldats, les employés de la salle de vente vinrent chercher la pendule pour la ramener en coulisse. Plusieurs chuchotements se faisaient entendre, prenant de l’ampleur pour signifier leur mécontentement. Pour l'instant, ce n’était qu'un bruit de fond sur lequel il fallait se concentrer pour en comprendre la teneur.

_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Glasgow Auction Room, vente aux enchères   

Revenir en haut Aller en bas
 
Glasgow Auction Room, vente aux enchères
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» remise en vente des maisons abandonnees
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» [VENTE] Divers : Codex , Rackham , GW , JDR ...
» Interdiction vente chats et chiens en magasin Belgique
» Vente Elysien Forge World (GI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Ténèbres de Glasgow :: La ville de Glasgow :: Nord / Ouest-
Sauter vers: