''Les ténèbres de Glasgow'' est un forum de jeu de rôle, inspiré du jeu ©Vampire : la Mascarade de White Wolf (3ème ed.).
Le jeu se déroule de nos jours, dans la ville de Glasgow.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bureau du Prince [15 janvier 2014]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Jeu 23 Juil - 23:08

Le temps d'arrêt fut cette fois un peu plus long que les précédents. Joan sentait le regard et le sourire encourageant posé sur elle. Est-ce que son interlocuteur avait bien compris ce qu'elle venait de dire ?

Non elle n'avait aucun doute. Elle parlait sans détour. Et "tueur à gages" signifie bien ce qu'il veut dire. L'attitude complètement détachée du Prince la désarçonna un peu. Mais elle se reprit bien vite, vu son rang il devait être âgé. Il n'y avait finalement rien d'étonnant à ce qu'un caïnite de cette stature réagisse de la sorte à de tels propos.


-"Je me suis fait pas mal de contacts dans le milieu londonien. Et fatalement j'ai fini par bosser pour d'autres vampires. D'autres camaristes qui cherchaient des bras pour faire quelques unes de leurs basses besognes, se salir les mains à leur place, vous voyez ce que je veux dire ?..."

A nouveau une pause, légère.

-"Quelque part ça m'allait. La plus part du temps la paye était très bonne. Et puis les vampires ne payent pas qu'en argent. Ça a quelques avantages."

Joan retint l'envie de plonger son regard dans celui du Prince. Elle savait qu'elle pouvait parfois faire un mauvais effet sur les gens... Ça lui avait d'ailleurs joué pas mal de sales tours à Londres...

Elle chassa ces mauvais souvenirs de son esprit pour se concentrer sur l'instant présent.


-"Cependant, une nuit, une mission que m'avait confié un caïnite s'est très, très mal passée... Je ne vous embêterais pas avec les détails mais le point important c'est que la Camarilla londonienne a eut vent de cette histoire et des genres de boulots que j'effectuaient.

Quand ça concernait les humains, la cour s'en fichait éperdument, mais lorsque ça a commencé à toucher aux caïnites ils ont entreprit de poser des questions. Certains ont même interféré dans mes affaires, arguant qu'elles compromettaient la Mascarade.
"


La motarde redressa subitement le regard sur le Prince, s'empressant d'ajouter :

-"Mais ce n'était bien évidemment pas le cas ! Je faisais très attention à ce que je faisais !"

Joan baissa alors rapidement son regard. Elle venait de s'emporter devant son nouveau Prince ! Cette histoire la prenait encore aux tripes. Elle tâcha de reprendre sur un ton plus calme.

-"Pendant près de 50 ans je n'ai jamais eut de problème à faire ce que je faisais, que ce soit pour les humains ou pour les vampires... Et en moins de 10 ans tout s'est dégradé..."

Une nouvelle pause. Cette fois c'était plus pour elle même. Pour mettre de l'ordre dans ses souvenirs et ne raconter que ce qui était le plus important.

-"Les choses ont commencé à empirer. Mes détracteurs me discréditaient au près de la cour londonienne. Me traitant d'Anarch... Mon Sire, Lee Everett a prit publiquement ma défense. Mais c'était bien le seul de mes défenseurs a avoir un certain poids politique...

Mais malgré cela, pour s'assurer de ma loyauté, ils me chargèrent de déloger une meute de sabbatiques... Seul Lee fut autorisé à m'accompagner...
"


Un silence, pesant s'installa. Se rappeler de cette nuit était douloureux de bien des façons pour Joan. Inconsciemment elle posa la main sur son épaule droite, là où maintenant un imposant et magnifique lynx était tatoué. Elle serra doucement son bras, comme s'il s'agissait de celui de quelqu'un d'autre auquel elle pouvait se raccrocher.

-"La mission... fut une victoire. Mais le prix a payer pour sa réussite est lourd... Lee... Lee fut détruit cette nuit là... Et moi-même je me suis retrouvée en Torpeur pendant de longs mois... Mes amis, quelques Gangrels et trois Brujah, ne furent autorisés à me réveiller qu'après dix mois..."

Encore une pause. Cette fois plus pour faire passer le goût de l'amertume et la colère qu'elle pouvait ressentir pour la suite de son récit.

-"J'avais beau avoir réussit ma mission... La cour attribua tout le mérite à mon Sire et me considérait toujours comme un cas à problèmes... Le seul point positif étant que je n'avais plus rien à leur prouver pour ma loyauté à la Camarilla...

Mais comme ma situation restait délicate et que j'avais encore des adversaires tenaces et rancuniers, j'ai pris la décision de quitter Londres. Je ne supportait plus ses coups de poignards dans le dos et cette hypocrisie ambiante... C'est pour ça que je suis là...
"


Elle n'avait jamais vraiment discuter de tout cela avec qui que ce soit. Et quelque part, elle sentait que ça lui avait fait un bien fou de se confier. Restait à savoir comment le Prince de Glasgow allait prendre tout ça. Joan posa doucement les yeux sur lui, analysant ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Ven 24 Juil - 18:08

Ambrosius l'écouta sans interrompre. Il lui laissa le temps de se ressaisir quand elle marquait des pauses. Il remarquait bien que cette histoire lui pesait. Quand elle le rassura sur le fait qu'elle respectait toujours la mascarade d'une manière très inquiète, lui la regarda calmement :

"Ne t'emporte pas, reste calmes je t'écoute Joan."

Il lui fit un mouvement de main pour l'enjoindre à continuer son récit. Il la laissa continuer, restant neutre à son récit. Quand elle eut fini, il posa ces mains à plat sur son bureau et se redressa un peu de sur son siège.

"Bien. Je suis flatté que tu me racontes tout ça. Je te rassure ici ça ne devrait pas se passer comme cela. L'ambiance n'est pas la même que dans ces villes ultra camariste rongées par l'ambition des uns et des autres.
Par contre, je ne tolérerais pas que tu exécutes des contrats sur les caïnites de cette ville. Enfin surtout ceux qui sont sous ma responsabilité et ma protection. Si tu souhaites un nouveau départ, cette ville peut te l'offrir à condition que tu sois réglo avec nous tous.
Tu as perdu ton sire, je sais exactement ce que cela peut faire, c'est pour cela que je t'offre l'hospitalité et la protection qu'il peut te manquer. En venant ici tu as gagné une famille, tâche d'en être digne."


En lui disant ça, il ne la lâchait pas des yeux, il aimait les gens honnêtes et il aimait par-dessus les gens qui s'intégraient. Il ne souhaitait pas l'effrayer, mais il souhaiter qu'elle comprenne l’importance de ce qu'il venait de lui dire.

_________________
Description du personnage :
 
Tenue du 18 Janvier :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Ven 24 Juil - 19:53

Ce qu'on pouvait dire c'est que Joan ne s'attendait pas vraiment à ce type de réaction. Elle ne saurait dire à quoi elle se serait attendu exactement mais pas vraiment à ça. Elle écouta avec attention chaque mot du Prince. Son regard était plongé dans le sien. La scène avait un côté surréaliste. Elle avait l'impression de se retrouver face à Lee, voir même face à son père... Quelque part c'était perturbant, mais la situation avait également un côté rassurant.

Ambrosius précisa qu'il ne tolérerais pas qu'elle exécute des contrats sur des vampires de Glasgow. Ce n'était de toute façon pas l'intention de Joan... Les affaires avec les vampires c'étaient finit pour elle.

Et puis le Prince finit son discours par des mots qui résonnèrent un moment dans la tête de la motarde.


Ambrosius [PNJ] a écrit:
"En venant ici tu as gagné une famille, tâche d'en être digne."

C'était très étrange pour la blonde. Le mot "famille" ne semblait pas avoir la même signification que tous ces interlocuteurs précédents avaient bien pu lui donner. Dans la bouche d'Ambrosius cela paraissait tellement sincère. Elle avait l'impression d'entendre Lee. Elle laissa quelques secondes s'écouler avant de se redresser légèrement à son tour.

-"Je peux vous assurer Ma... Monsieur, que je n'ai plus l'intention d'accepter des contrats impliquant des vampires. J'ai bien retenue la leçon."

La motarde se redressa doucement sur son siège, afin d'être la plus droite possible et posa doucement son poing sur sa poitrine au niveau de son cœur.

-"Vous me faites un immense honneur en m'accordant la confiance pour intégrer votre famille. Je vous jure que je n'interviendra pas contre un autre caïnite encore moins s'il est sous votre responsabilité et votre protection; à moins que vous ne me le demandiez expressément et que cela sert les intérêts de la Camarilla.

Vous avez ma parole que je m'en montrerais digne.
"


Elle soutint le regard du Prince un instant. On pouvait clairement lire dans ses yeux qu'elle était une femme de parole.

Décompte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Dim 26 Juil - 20:45

Ambrosius sourit et se redressa pour coller à nouveau son dos dans son fauteuil et croisa ses jambes.
Il était satisfait de ses réponses et de son attitude.

« Bon s'est réglé pour ça, as-tu autre chose à me dire ? J'espère que oui, car j'ai encore envie de passer du temps avec une femme aussi jolie. »


Il se leva et en profita pour remettre le tiroir en place et y ranger ses affaires rapidement. En attendant sa réponse, il rajouta rapidement.

« Profites en tu m'as pour toi toute seul ! ... »


Il lui fit un clin d'oeil et observa son visage pour ne manquer aucune de ces expressions. Il essayait de détendre l'atmosphère après le récit de la caïnite. Il n'avait pas envie qu'elle sorte de son bureau en tirant une tête de six pied de long. Mais il ne tint pas plus longtemps et explosa de rire.

« Pardonne-moi, je plaisante. Pas sur ta beauté, on ne peut pas la nier. D'ailleurs, si tu as du temps de libre un de ces jours, je voudrais bien t'avoir pour modèle pour une de mes sculptures. Si cela t’intéresse évidemment. »


Il se dirigea lentement vers la porte de son bureau.

« Donc si tu n'as rien à ajouter, je dois te dire au revoir pour ce soir. Tes compagnons attendent dans la salle d'attente et je dois les recevoir eux aussi. De plus, il leur manque la présence féminine que tu pourras leur apporter. »

Il appuya sur la poignée de la porte.

« N 'hésite pas à repasser ici si tu en as besoin ou as téléphoner ! »


Le Prince souriait toujours.

[Si Joan n'a rien à ajouter, le Prince lui ouvre la porte et lui dit au revoir, lui demandant de faire entrer le suivant. Sinon la porte reste close.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Lun 27 Juil - 20:28

L'espace d'un instant, elle avait peur que sa franchise soit prise pour de l'insolence ; que son franc-parler allait encore lui jouer un mauvais tour, mais il n'en fut rien. Le sourire d'Ambrosius rassura Joan. Il semblait satisfait de sa réponse.

Le Prince semblait détendu, peut-être un peu trop. L'absence totale du protocole habituel était fortement déstabilisante mais appréciable. Il fallait juste que la motarde s'habitue aux méthode de son nouveau souverain.


Ambrosius [PNJ] a écrit:
« Bon s'est réglé pour ça, as-tu autre chose à me dire ? J'espère que oui, car j'ai encore envie de passer du temps avec une femme aussi jolie. »

Joan l'observa un instant, complètement désarçonné par cette réplique. Si son sang avait été activé à ce moment là elle aurait très certainement rougie.

-"Je vous remercie Monsieur..."

La vérité c'était que comparé à la vision de la déesse nordique qui se trouvait dans ce bureaux quelques minutes avant, la tatouée ne se sentait pas vraiment de taille. Elle ne pouvait pas rivaliser avec ce genre de beauté surnaturelle.

Elle réfléchit cependant quelques secondes à la question d'Ambrosius. Ce dernier en profita pour remettre le tiroir à sa place et y ranger quelques affaires. Avait-elle des choses à lui dire en plus de cela. Elle ne croyait pas...


Ambrosius [PNJ] a écrit:
« Profites en tu m'as pour toi toute seul ! ... »

A nouveau elle l'observa avec stupeur. Puis il y eut ce clin d’œil. Qu'est ce que c'était que cette attitude ?! Pour le coup ça l'a changé radicalement de ce qu'elle avait pu vivre à Londres. Elle n'avait même pas l'impression d'être face à son Prince, plus à un ami qui l'aurait taquiné gentiment.

Ambrosius [PNJ] a écrit:
« Pardonne-moi, je plaisante. Pas sur ta beauté, on ne peut pas la nier. D'ailleurs, si tu as du temps de libre un de ces jours, je voudrais bien t'avoir pour modèle pour une de mes sculptures. Si cela t’intéresse évidemment. »

Joan l'observa un moment, se demanda s'il plaisantait toujours. Mais non, il avait l'air sérieux. La motarde songea aux statues dans la salle d'attente, un style un peu greco-romain... enfin elle n'était pas trop sure, elle n'y connaissait rien. Mais pourquoi pas. Après tout, ça lui rappellerait avec une certaine nostalgie son pays natal et les quelques pages de magazines qu'elle avait pu faire en tant que pin-up.

Elle se leva pour suivre le Prince, elle n'avait rien d'autre à ajouter.


-"Merci encore de m'avoir reçu et écouter. Mais surtout merci pour la confiance que vous m'accordez. Concernant le fait de poser comme modèle pour vous je n'y voit pas d'inconvénient, ce sera avec plaisir."

Joan effectua une nouvelle révérence très calculée et millimétrée pour saluer une dernière fois Ambrosius. Puis, dans un dernier sourire elle délaissa le bureau princier pour retourner vers la salle d'attente.
Revenir en haut Aller en bas
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Mer 29 Juil - 21:45

Ambrosius tenait toujours la porte et sourit à la révérence de Joan. Il la suivit du regard quand elle retourna dans la salle d'attente et il y jeta un coup d'oeil. Le Prince remarqua le monde qu'il y avait, toutes les personnes qu'il avait appellé étaient présente.

"Salut les copains ! ça fait plaisir de vous voir ! C'est cool que vous discutiez avec les petits nouveaux ! Je suis tellement excité de tant de rencontres ce soir !"

Il souriait heureux.

"J'en ai fini avec la demoiselle, qui veut venir ensuite Clyde ou Chris ? Et euh ... Dan, la personne que tu dois voir, c'est le jeune homme aux cheveux longs et aux yeux vairons. Il s'appelle Hadrien ! Dès que vous vous êtes décidé, rentrez directement dans mon bureau. Et toi Joan, fait ce que tu veux, tu peux discuter ici ou vaquer à tes occupations."


Il leur fit un signe de la main à tous et il referma la porte de son bureau, reprenant sa place sur son fauteuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily McGee [PNJ]

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Sam 15 Aoû - 20:06

Venant de la salle d'attente Emily toqua à la porte du bureau avant de pénétrer dans la pièce. Elle s'approcha du Prince et le salua comme il se devait. Une révérence particulièrement bien exécutée et bien plus respectueuse que ce dont elle avait put faire preuve dans l'autre pièce. Les années passées à côtoyer Ambrosius lui avait appris que ce dernier n'était pas très à cheval sur les conventions et l'étiquette, il n'en demeurait pas moins qu'Emily elle aimait entretenir une certaine convenance dans ses rapports au Prince. Mais son expérience lui avait appris à ne pas trop en abuser, aussi elle n'attendit pas forcément qu'Ambrosius lui indique de se relever. Elle temporisa simplement jusqu'à entendre le bruit de la porte se refermée derrière Clyde, ce fut son signe de départ.

Toujours de manière polie elle se redressa pour observer le Prince, réfléchissant quelques secondes au commencement de sa tirade.


-"Il est important que vous sachiez d'abord que Monsieur Fergusson était en thèse en histoire des civilisations, ici même, à Glasgow. Ces écrits ont attirés mon attention et c'est assez naturellement que je l'ai recommandé à la Chantrie de Durham, au près du Professeur Edward Shanks, un Tremere."

Elle marqua une pause. L'enfant se demanda, l'espace d'un instant, si elle devait confier la lettre de Clyde à Ambrosius, qu'il lise de lui même les mots de l'historien. Mais Emily se ravisa. Elle ferait un résumé à son Prince et lui proposerait de lire la lettre si cela l'intéresse.

-"La Chantrie de Durham est de taille modeste. En tout elle devait compter cinq caïntes, Monsieur Fergusson, ici présent, compris."

A nouveau une pause. Cette fois pour voir si Ambrosius avait noté l'emploi du passé. Comme l'enfant parlait toujours avec cette voie monocorde et ce ton placide, elle savait que le meilleur moyen de se faire comprendre était d'user de la subtilité des mots et du langage. Malheureusement c'était un art délicat qui parfois perdait ses interlocuteurs. Elle espérait simplement que le temps du Prince passer au près d'elle, lui permettrait de saisir le sens et la porté de sa réplique.

La pause s'éternisa un peu plus, l'ambiance se faisait peut être un peu plus pesante. Emily elle-même reconnaissait que ce qu'elle allait révéler par la suite n'aiderait pas à améliorer l'atmosphère. Elle réfléchit à comment tourner sa phrase. Comment trouver les mots.

Finalement la Tremere se dit que le plus simple était encore le plus efficace. Elle ne pouvait pas y mettre les formes, elle allait relayer ce qu'elle avait lu avec son air observateur, comme si elle énumérait des faits et l'enfant savait parfaitement que cela allait être désagréable pour Clyde. D'abord parce que cela ferait remonter des mauvais souvenirs. Mais surtout parce qu'il pourrait mal percevoir le détachement d'Emily à cet instant précis. L'enfant se dit qu'il ne fallait pas faire durer inutilement cette situation.


-"Il y a de cela deux semaines maintenant, la Chantrie de Durham a subit une attaque. Et Monsieur Fergusson en est le seul à en avoir échappé."

Légère pause, cette fois plus pour laisser le temps au Prince d'assimiler ce qu'elle venait de dire.

-"Je ne connais pas les détails et nous sommes en parti ici pour en discuter avec vous Ambrosius. Mais surtout, cela est particulièrement sérieux et alarmant de savoir que Durham a pu subir un tel sort."

Elle n'osa pas poser son regard sur Clyde, elle craignait que son insensibilité apparente ne soit prise pour de l'indifférence, ou pire pour du mépris. L'enfant s'accrocha au regard d'Ambrosius. S'il y avait bien une chose qu'elle savait ce que ce dernier aurait de la compassion et la réaction adéquate pour eux deux.

_________________
Description du personnage :
 
Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Sam 15 Aoû - 23:10

Depuis la salle d'attente ...

Clyde suivit, et commença par refermer la porte avant de s'incliner à nouveau devant le Prince. Il le faisait presque plus parce qu'Emily se montrait particulièrement appliquée à le faire que par réel soucis. Ambrosius ne lui avait pas laissé l'impression de s'en préoccuper et puisqu'il l'avait déjà salué dans les formes quelques minutes auparavant ... Mais à l'image d'Emily il renouvela son inclinaison et ne se redressa qu'en voyant son aînée le faire.

L'écossais nota l'exposé d'Emily. Ainsi l'enfant se souvenait bien de lui.
Le ton plat avait quelque chose de perturbant. On eut dit une voix automatique réciter un article Wikipedia. L'usage du passé, cependant, blessa Clyde plus qu'il n'aurait pu le croire. L'évocation de ses frères lui rappela les moments de partage, d'expérimentation, les caractères de chacun et leurs échanges. Les mains étaient le long de son corps et se crispèrent. Pour l'instant il tâchait de se maitriser. Il n'était pas là pour accabler ces deux caïnites de ses émotions mais pour faire un rapport.

Le silence le mit mal à l'aise. Devait il parler ? Soudainement ce doute lui fit tourner légèrement la tête vers l'enfant. Avait il manqué un signe ? Ou bien allait elle continuer ?
A posteriori peut être eut il mieux valut qu'elle ne continue pas ... Les mots le heurtèrent. Cette monotonie était bien déstabilisante de prime abord mais sans doute plus encore pour un pareil récit. Le chiffre "deux semaines" le renvoya aux affres de la culpabilité. C'est vrai qu'il avait mis du temps ... D'abord le temps de récupérer ... de se nourrir ... Puis le temps de la paranoïa ... Avant de finalement commencer à se reprendre et oeuvrer à se mettre en contact d'avec ses semblables ... Le rappel "le seul" ... Oui, seul. Abandon de ses frères ... Il ignorait si c'était lui qui entendait les choses différemment de ce qu'elles étaient réellement dites ou bien si cette interprétation était le fait de ce ton si particulier dénué de toute chaleur ... Certes son clan n'était pas le plus expansif mais ... à l'instant il ne se sentait pas comme appartenant au même clan qu'Emily. Comme s'ils ne partageaient rien. Comme s'il n'était rien pour elle ...

Pourtant, il le savait ... Lui qui avait dû parcourir les correspondances privées de son Sire. The Lady savait parfaitement exprimer ses sentiments à la pointe d'un stylo, ou d'une plume. Alors que signifiait son attitude ? Etait ce un choix ou un état de fait ? Etait ce sa manière de lui témoigner son mécontentement ? Sa colère peut être, de n'avoir rien fait pour ses frères ?

Le regard se détacha d'elle pour aller au Prince. Et soudain Clyde se sentit plus accablé encore en prenant conscience qu'il n'avait guère plus d'informations quant au "sort" qu'avait "subit" Durham...
Revenir en haut Aller en bas
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Mar 18 Aoû - 18:30

Une fois à son bureau, le Prince attendit quelques instants avant de voir rentrer Emily et Clyde. Vu qu'elle était venue avec lui, ce dont le Trémère voulait aborder avec Ambrosius devait être vraiment important et/ou grave.
Il leur indiqua d'un geste de la main des sièges où ils pouvaient prendre place. Il se redressa sur son fauteuil et toute en posant ses coudes sur son bureau, il entrelaça ses doigts et écouta ce dont lui parlait Emily.

Elle commença par poser les bases, racontant au Prince comment Clyde avait atterri dans la Chanterie de Durham. Comme à son habitude, Emily ne laissait passer aucun détail. Autant, elle était une vampire rigoureuse dans sa manière de réfléchir et de communiquer autant le Prince pouvait sembler brouillon et peu attentif.

Elle en arriva enfin au vif du sujet, abordant l'attaque de la Chantrie.

*Nous y voilà*


Quand elle fit remarquer que le seul survivant était le jeune Clyde ici présent, le Prince fit glisser son regard vers lui. L'homme avait l'air vraiment retourné par cette affaire, et le souverain le prit un peu en pité.

*Pauvre garçon ...*

La trémère avait-elle aussi l'air très affecté par cette attaque. Il pouvait le comprendre. Dans le coin peu de personnes n'osaient s'attaquer à son clan. Et ça aussi, il le comprenait. Il se racla la gorge avant de prendre la parole.

« Je suis sincèrement navré par ce qu'il c'est passé Clyde et je suis heureux que tu ai pu t'en sortir indemne. J'avais déjà ouï-dire que la Chanterie de Durham avait subi une attaque. Et j'avais prit sur moi de contacter la famille sur place pour avoir plus de détails. Mais n'ayant pas eu de confirmation donné par mes informateurs personnels, j’attendais avant de prévenir les caïnites sous ma protection. »

Il posa ses mains devant lui, et continua.

« Maintenant que j'ai confirmation de cette information par votre visite, j'aimerais avoir ta version des faits Clyde. Non pas que le résumé d'Emily soit mauvais, bien au contraire, mais je souhaiterais avoir ta vision des choses, un récit de première main, tu vois ? Alors racontes moi avec tes mots ce que tu as vu, s'il te plaît. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily McGee [PNJ]

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Mar 25 Aoû - 0:26

Comme Emily l'avait pressentie, au fur et à mesure qu'elle expliquait la situation au Prince de Glasgow, elle sentait la tension et l'angoisse de Clyde grandir. C'était naturel. L'enfant ne pouvait pas vraiment en tenir rigueur à l'historien. Ces dernières semaines avaient du être particulièrement éprouvantes et plus encore, entendre un résumé aussi succin de ces événements ne devait clairement pas être une partie de plaisir.

Le regard compatissant d'Ambrosius se posa sur Clyde. La vampire aux cheveux de jais espéra que cet attitude apporterait un peu de réconfort au Trémère, là où elle se savait impossible de lui en apporter. Après quelques instants de silence, le Prince se racla rapidement la gorge, dans une attitude très humaine, brisant bien vite le silence avant que celui-ci ne devienne trop pesant.

Et soudainement, des mots tout simples attirèrent l'attention d'Emily, et pas en bien. Avait-elle bien entendu ? Cette phrase ne s'arrêtait pas de tourner en boucle dans les pensées de la Trémère.


Ambrosius [PNJ] a écrit:
« [...] J'avais déjà ouï-dire que la Chanterie de Durham avait subi une attaque. [...] »

Emily n'arrivait pas à croire ce qu'elle venait d'entendre. Plus elle se ressassait cette dernière phrase, plus une colère glaciale l'envahissait. Son propre Prince, ne prenait même pas la peine de la prévenir pour des rumeurs d'une telle importance ! Ce n'est pas comme si elle n'avait pas moyen de contacter la Chantrie de Durham et donc, de par le fait, de vérifier ce genre de ouï-dire ! Non elle ne voyait aucune raison logique pour qu'Ambrosius lui ait caché une telle information.

Le pire étant, à ses yeux, la façon dont Ambrosius avait noyé le poisson. Il le savait et prenait juste la peine de l'informer entre sa compassion pour Clyde et son air protecteur à l'égard des "caïnites sous sa protection".

La mâchoire de l'enfant se crispa sous cette fureur froide. Elle resta de marbre, impassible, mais son aura criait sa désapprobation et son mécontentement. Elle aurait une discussion avec Ambrosius. Mais plus tard. Pour l'heure, le Prince venait de poser une question à Clyde et la réponse intéressait d'avantage l'enfant que cette saute d'humeur. Mais elle n'oublierait pas de faire sentir à son souverain son déplaisir quant à sa manière de faire. Jusqu'ici elle pensait lui faire confiance. En en quelques secondes le Prince de Glasgow venait d'insinuer le doute chez l'enfant. S'était-elle trompée durant toutes ses années ? Sa paranoïa naturelle de Trémère revint au galop, et ce qu'elle tenait pour acquis venait de partir en fumée.

Non, elle lui demanderait des explications plus tard. Pour l'heure, elle se tourna vers Clyde, impassible, relâchant sa mâchoire pour éviter de montrer sa colère d'une quelconque manière. D'un regard, elle invita l’historien à répondre à la question du Prince.

_________________
Description du personnage :
 
Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Mer 26 Aoû - 15:28

Aux premiers mots du Prince, Clyde eut un regard reconnaissant. "Indemne" lui tira un très léger tic, il pinça un peu plus ses lèvres et faillit porter la main à son épaule. Chaque fois qu'il y repensait, il avait l'impression que cela lui tirait. C'était idiot. Son corps était mort, cela ne pouvait pas "tirer" ...

Les mots suivants le surprirent. Tant qu'il ne pu le masquer. La bouche légèrement entrouverte et les yeux grands ouverts. Le Prince savait ? Il savait ! Il savait. Comment ? A la réflexion Clyde se dit qu'une chanterie détruite ne passait pas inaperçue, il avait sans doute suffit d'un caïnite ... Mais enfin son clan n'avait pas pour habitude d'afficher l'existence d'une chanterie par un petit panneau informatif : "ici, chanterie trémère, frappez avant d'entrer". Clyde n'aurait pas soupçonné que des caïnites aient été si bien informés à Durham. Peut être aurait il dû davantage se renseigner ?
Quelque chose cependant le tira de ses réflexions. Emily ? L'inexpression en personne dégageait une aura, au sens figuré, de colère froide. Et le jeune trémère se dit que finalement, avant, ce ne devait pas être de la colère. Là, il le sentait bien. Comme il sentait bien que ce n'était pas dirigé vers lui. Rien d'étonnant ... Emily n'était pas au courant de l'attaque, et le Prince oui ... Clyde eut envie de fuir cet entretien devenu sorte de confrontation. Il ne faisait pas bon être dans la même pièce qu'un régent et un Prince en désaccord.

Oui mais voilà, son Prince lui avait demandé de lui raconter. Pas d'échappatoire. Il devait rester là et raconter. Tout cela lui était pénible, nécessaire mais pénible. Et cette tension dans la pièce n'améliorait pas le ressentit que l'écossais pouvait avoir. Comme pour appuyer les mots d'Ambrosius, il vit Emily se tourner vers lui. Il nota que rien ne laissait transparaitre sa colère. Cela le conforta dans l'idée qu'elle ne la lui destinait aucunement. D'un geste très humain, Clyde inspira profondément.


"Nous étions en étude. Il y a eu plusieurs intrusions simultanées. Peut être des explosions, mais je n'en ai pas la certitude ..."

Le ton était plat, descriptif mais malgré tout la voix commencait doucement à trembler. Les mains étaient crispées et Clyde résistait à la tentation de les joindre dans son dos, ce qui eut été malpoli et malvenu. Il tâcha de poursuivre, sentant son apparent détachement fondre à mesure que les images lui revenaient et qu'il tâchait de se concentrer sur certaines pour y chercher des détails utiles.

"... Je n'ai pas de connaissances particulières en la matière ... Je crains que la seule information valable et utile que je puisse rapporter est que les assaillants étaient des vampires et des goules ..."

Le regard alla vers le sol. C'était minable comme rapport.

"C'est une certitude mais je ne les ai pas vu. Mon Sire ..."

La voix se brisa. Clyde se racla la gorge, fronçant les sourcils, contrarié de cette faiblesse et reprit.

"Mon Sire m'a ordonné de fuir. J'ai été piégé dans l'effondrement d'une issue. Cela m'a sans aucun doute sauvé la non-vie ..."

Cette fois la main se porta mécaniquement à l'épaule.

"J'ai mis du temps à me dégager et à récupérer de mes blessures. Je ne savais pas à qui je pouvais me fier ... Cela m'a prit quelques jours pour trouver les informations nécessaires pour prendre contact avec Lady Emily McGee. Et je voulais être sûr de ne pas être suivi. J'ai la conviction que ce n'est pas le cas. J'espère que ma venue ne mettra pas en danger la famille locale."

Le regard était toujours braqué sur le sol. Le récit était pénible et lui semblait d'un vide absolu.  
Revenir en haut Aller en bas
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Mer 26 Aoû - 22:06

Le Prince écouta attentivement le récit de Clyde, lui laissant le temps dont il avait besoin pour tout raconter. Il remarqua d'ailleurs que ce dernier se tenait de temps en temps une de ses épaules. Le souverain fronça légèrement les sourcils à cette constatation. Il remarqua un autre comportement, mais pas chez le jeune caïnite cette fois. La Trémère avait toujours cette attitude assez froide, mais il ressenti que cette dernière n'était pas tout à fait comme d'habitude et lui adressa un petit regard interrogatif, avant de continuer.

"Merci Clyde d'avoir eu le courage de me raconter tout cela, je vois que cette histoire te fait souffrir et je le comprends. J'ai moi-même perdu mon sire ... Mais c'était il y a longtemps. Si tu as besoin d'aide, n'hésites pas, je me permets aussi de parler au nom d'Emily, mais tu peux compter sur nous."

Le Prince se leva et commença à arpenter son bureau, les mains croisées dans le dos, un air préoccupé sur le visage.

"Cette situation est tout de même inquiétante. Les personnes ayant attaqué votre Chanterie étaient apparemment des sabbatiques. Qui d'autres qu'eux pourraient commettre un tel acte ?"

Il s'approcha de Clyde en tirant une chaise à ses côtés et s'installa.

"D'après ce que j'ai appris très récemment,
(le Prince lança un petit coup d'oeil à Emily) les sabbatiques ne viendraient pas vers ici. Donc dans votre malheur, vous avez eut de la chance. Ces derniers ont dû vous oublier."

Le Prince lui posa une main sur l'épaule. Il fit attention a toucher celle avec laquelle il se comportait normalement. Il le regarda dans les yeux, le visage empli de compassion.

"Je suis sincèrement désolé pour toi mon gars, mais tu es le bienvenu ici, pour le temps que tu souhaites, je pense que tu pourras trouver en Emily une personne avec qui tu pourras t'exercer et poser toutes les questions qui te trottent dans la tête. N'est-ce pas ma chère ?"

Il leur sourit à tous les deux, enlevant sa main de l'épaule de Clyde.

"Et excuse ma curiosité, mais es-tu toujours blessé ? J'ai remarqué que tu tenais souvent ton épaule ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily McGee [PNJ]

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Jeu 3 Sep - 14:47

L'enfant écouta avec une attention très particulière le récit de Clyde. Elle tiqua intérieurement aux méthodes utilisées par les assassins. Des intrusions simultanées, des explosions... Cela ne laissait rien présager de bon. Leurs adversaires étaient visiblement très bien organisés et semblait avoir minutieusement préparé leur coup. Remarque, à la réflexion, il fallait au minimum ça pour s'attaquer à une Chantrie Trémère et réussir. Ces lieux étaient généralement des places fortes et peu osé s'attaquer à ses frères de clan. Même si elle connaissait en l'Université de Durham un lieu de recherches thaumaturgiques plus que de formation de combattants, la Régente savait que ce lieu jouissait d'une protection adéquate. Edward Shanks n'était pas aussi paranoïaque qu'elle en matière de sécurité, mais il n'était pas pour autant un inconscient...

De l'organisation, et des vampires ainsi que des goules. Bien, cela réduisait les possibilités. Cependant, les Sorciers avaient beaucoup d'ennemis dans le monde des ténèbres. Certains même étaient prêts à se fédérer dans l'unique but de mettre à mal une Chantrie.

Clyde reprit sa narration des faits. Il expliqua un peu plus en détail comment il avait fuit sous l'ordre éclairé de son Sire, et comment il avait été pris dans un éboulement. L'historien porta alors sa main à son épaule. Emily observa ce geste comme une réminiscence du moment. Incontestablement, le caïnite face à elle n'avait jamais sans doute subit la moindre blessure, même de son vivant, pas aussi grave en tout cas. Elle comprenait que cela pouvait être dérangeant. Elle-même n'avait pas été blessé souvent, et les souvenirs douloureux avait mis longtemps à se cicatriser dans son esprit.

La vampire nota le regard interrogatif d'Ambrosius avant que ce dernier ne reprenne la parole. Elle se demanda un instant si c'était une provocation. Mais cela ne ressemblait absolument pas aux méthodes du Prince. Non il semblait juste inconscient de ce que ces précédents propos avaient signifiaient pour la Trémère. Emily reporta son attention sur Clyde tandis qu'Ambrosius le remercia d'avoir raconter cette douloureuse épreuve.

Lorsque le Souverain évoqua son nom, elle acquiesça simplement. Oui, l'historien pouvait compter sur elle. Puis Ambrosius se mit à arpenter son bureau, dans une attitude de réflexion, exposant le fil de ses pensées à voix haute.

Ambrosius [PNJ] a écrit:
"Cette situation est tout de même inquiétante. Les personnes ayant attaqué votre Chanterie étaient apparemment des sabbatiques. Qui d'autres qu'eux pourraient commettre un tel acte ?"

Sa dernière question était rhétorique, mais Emily ne partageait pas son avis. Elle eut envie d'énumérer la liste des ennemis vampiriques des Trémères, juste pour préciser à son Suzerain qu'il n'y avait pas que les sabbatiques pour désirer la chute d'une Chantrie. Certains indépendants seraient prêts à beaucoup de choses pour mettre la main sur ce qui peut se trouver dans l'antre des Sorciers.

Mais l'enfant s'abstint de tout commentaire. En fait elle se demanda si là aussi, le Prince n'avait pas, quelque part, la certitude quant à la nature des attaquants. Elle nota pour elle-même que les informateurs d'Ambrosius étaient particulièrement compétents. L'enfant se demanda également, si le Souverain de Glasgow avait eut la décence de prévenir le Prince légitime de l'Angleterre. Il serait sans nul doute ravi d'apprendre que des sabbatiques se promènent en toute impunité sur son sol... Même s'il ne s'agissait que de rumeurs à la base, ce n'était pas le genre de on-dits que l'on gardait pour soi...

Le Prince s’approcha de Clyde, posant sa main sur son épaule avant de poursuivre.


Ambrosius [PNJ] a écrit:
"D'après ce que j'ai appris très récemment, (le Prince lança un petit coup d'oeil à Emily) les sabbatiques ne viendraient pas vers ici. Donc dans votre malheur, vous avez eut de la chance. Ces derniers ont dû vous oublier."

Emily soutint le regard d'Ambrosius, lorsque celui-ci se posa sur elle. De mieux en mieux... En fait l'idée vint même à l'esprit de la Trémère, que son Suzerain avait un agent infiltré au sein de ce groupe de sabbatiques. Cela expliquerait bien des choses, y compris son silence par rapport à la "rumeur" de Durham.

Ambrosius continua sur sa lancée au près de l'historien, se voulant rassurant et empli de compassion à son égard.


Ambrosius [PNJ] a écrit:
"Je suis sincèrement désolé pour toi mon gars, mais tu es le bienvenu ici, pour le temps que tu souhaites, je pense que tu pourras trouver en Emily une personne avec qui tu pourras t'exercer et poser toutes les questions qui te trottent dans la tête. N'est-ce pas ma chère ?"

A nouveau Emily acquiesça simplement aux propos du Prince. A son sens, il était inutile d'en rajouter. Tout avait été dit.

En revanche l'ultime question du Prince la surpris. Cette fois ce fut à son tour de poser un regard interrogatif au Suzerain. Elle se demanda d'où cette idée lui était venu ? La main de l'historien s'était certes posée sur son épaule, mais cela avait été fugace et il l'avait fait au cours de son récit. Ils avaient face à eux un caïnite et non une goule. Clyde, ne pouvait pas être encore blessé. A moins que... Oui il lui semblait qu'elle avait une fois, à Viennes, entendu parler de blessures qui continuait à saigner chez un caïnite. Elle savait que c'était extrêmement rare. Mais parfois, la dégénérescence dans leurs veines pouvait mener à de telles aberrations. Cependant si c'était le cas et que Clyde était toujours blessé, la main sur son épaule aurait dû le faire souffrir et il n'avait pas semblait à la Trémère, que ce geste avait tiré la moindre moue douloureuse au barbu...

L'enfant posa son regard d’émeraude sur l'historien, attendant simplement qu'il réponde à la dernière question qu'on venait de lui poser. Une fois qu'il aurait répondu, et si Ambrosius n'aurait plus de question, elle prendrait congé avec Clyde. La soirée avait dû être éprouvante pour ce dernier, et le Prince avait encore des invités à rencontrer.

_________________
Description du personnage :
 
Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Jeu 3 Sep - 18:54

Vide, il se sentait vide. Plus encore qu'il ne l'avait jamais été. Léger hochement de tête aux mots du Prince, sans pour autant lever le regard. Ce n'était pas par manque de politesse, quoi que cela puisse être particulièrement cavalier comme attitude, mais simplement parce qu'il n'y pensa pas. Clyde ne pensait pas à la politesse. Il ne pensait pas. Il était vide.

Ces dernières semaines n'avaient été motivées que par cela. Passer le relais. Transmettre le message. Il se sentait un peu comme Euclée après son arrivée à Athènes, sans le "Nenikekamen !" (grec pour "nous sommes victorieux"). Vide. Peut être comme lui serait il mort s'il y avait eu encore quelque chose à tuer chez le caïnite. Le trémère se sentait d'une inutilité sans borne ... A quoi donc avaient servit ses études et sa culture face à cette violence ?

Ce furent les mouvements du Prince qui surent capter l'attention de Clyde, qui releva enfin les yeux. Ambrosius arpentait la pièce. Le trémère écoutait, mais ne comprenait pas tout. Et il comprit juste avant de formuler une réponse que la question du Prince était rhétorique. Le Sabbat ? Qu'en savait il Clyde ? Peu. Pas grand chose. Presque rien. Quelque chose comme "bestiaux", "violents", "dangereux", "ennemis", "à détruire". Sans doute. Sans plus de précision que cela. Mais pour le moins, les mouvements du Prince surent ramener un peu Clyde à l'instant présent. Les mots suivant le blessèrent malgré lui. Oh, il savait bien l'écossais, qu'Ambrosius se voulait rassurant ... Et l'historien n'était pas réputé pour un ego démesuré ou bien un fierté mal placée mais quand même ... Sa fierté à la bonne place, pas trop grosse, fut malgré tout bien piquée ... Survivant parce qu'oublié.
In fine ça résumait bien.
Cela pouvait être pire ? Sérieusement ? Survivant parce que tellement insignifiant qu'un ennemi violent et brutal avait réussi à l'oublier. Super.

Le geste sur son épaule, fut elle la bonne, ne lui apporta qu'un réconfort relatif.


Ambrosius a écrit:
"Je suis sincèrement désolé pour toi mon gars, mais tu es le bienvenu ici, pour le temps que tu souhaites, je pense que tu pourras trouver en Emily une personne avec qui tu pourras t'exercer et poser toutes les questions qui te trottent dans la tête. N'est-ce pas ma chère ?"

Tutoiement et "mon gars" ? Définitivement ce Prince avait le don pour la déstabilisation. On eu dit un barman réconfortant un client. En fait, Clyde aurait trouvé mille fois plus attendu d'entendre le grand rouquin lâcher ça que le Prince. L'écossais savait qu'il devait s'y faire. Ambrosius avait raison dans son ouverture : Clyde n'avait pas envisagé de partir.
Aussi le regard alla vers Emily qui se fendit d'un signe de tête.
Sa présence était elle l'unique chose qui empêchait son aînée d'exprimer la désapprobation qu'il avait sentit un peu plus tôt ?

Le Prince acheva par une question en ôtant la main. Manière peut être de le libérer de cet instant si désagréable ? Ah si seulement une bonne rasade de whisky avait pu le soulager comme auparavant. L'écossais fut surpris d'une telle pensée mais l'écarta pour rassembler un peu ses forces. Il devait encore faire bonne figure quelques instants. Allons, sauvons du moins l'honneur.
Clyde inspira à nouveau, très humainement, et se redressa pour se donner une contenance. La voix fut plus faible qu'espéré mais elle ne trembla pas, c'était déjà ça.


"Merci Majesté de votre bienveillance. Je suis désolé de n'avoir pas eu plus à vous rapporter."

Un instant pour écarter le soupir qui menaçait de sortir.

"Mes blessures se sont refermées, ne vous inquiétez pas pour moi, s'il vous plait."

*Que je ne sois pas en plus un boulet pour cette ville ...* songea Clyde sans le dire.

"J'ai..."

*Aller, courage, redresse toi un peu, t'es écossais oui ou non ! Et t'es un vampire, et tu es trémère, les raisons de finir cet entretien avec panache ne manquent pas, force toi un peu.*

La contenance revenait, un peu et l'historien força un bref sourire.


"C'était mon premier effondrement, j'imagine que la première fois est toujours la plus dure."
Revenir en haut Aller en bas
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Sam 5 Sep - 22:05

Le Prince se releva, remettant négligemment sa chaise en place avant de retourner derrière son bureau et d'y prendre place.

« Vous m'en voyez ravie Clyde, si vous n'aviez pas été guéri, nous avions de quoi faire ici pour vous aider. »

Le Prince remarqua que le jeune vampire essayait de reprendre le dessus sur ces émotions. Et essaya de le faire sourire un peu plus franchement en lui répondant, d'une manière des plus classique.

« Il n'y a pas que pour les effondrements que la première fois est dure »

Ambrosius lui sourit malicieusement avant de reprendre son sérieux et d'enchaîner.

« Si vous avez besoin d'un remontant, n'hésitez pas à demander le cocktail de la maison en sortant d'ici. Vous m'en direz des nouvelles ! Et avant que vous ne partiez tous les deux, je te le répète Clyde, bienvenu parmi la famille de Glasgow et surtout n'hésites pas à solliciter Emily si tu as des questions. »

Le souverain croisa ses mains sur le bureau dans une attitude calme.

« Si vous n'avez rien à rajouter, vous pouvez y aller, j'ai encore Christy à voir pour ce soir ainsi qu'un autre groupe de caïnite ensuite. Emily occupe toi de lui, le temps qu'il se remette de ces émotions, s'il te plaît. »

Le Prince attendit qu'ils quittent son bureau, avant de sortir une petite bouteille de son bureau et de se servir un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily McGee [PNJ]

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Dim 6 Sep - 23:36

Clyde avait encore ce comportement typiquement humain de se servir de sa respiration. Emily avait noté que ce "tic" était assez courant chez les jeunes caïnites ou chez les vampires qui avaient gardé une attitude générale particulièrement humaine. Mais dans ce bureau, à cet instant précis, l'historien essayait plutôt de se ressaisir, confirmant à l'enfant que sa soirée avait dû être particulièrement éprouvante.

Le barbu répondit à Ambrosius avec une pointe d'un humour assez fin. Le Prince y répondit avec sa malice si particulière, mais Emily ne put s'empêcher d'acquiescer légèrement de la tête. Le Souverain avait raison.


Ambrosius [PNJ] a écrit:
« Si vous avez besoin d'un remontant, n'hésitez pas à demander le cocktail de la maison en sortant d'ici. Vous m'en direz des nouvelles ! Et avant que vous ne partiez tous les deux, je te le répète Clyde, bienvenu parmi la famille de Glasgow et surtout n'hésites pas à solliciter Emily si tu as des questions. »

Nouveau hochement de tête de l'enfant. Elle se tourna lentement vers l'historien.

-"Tout à fait." Ce ton, toujours aussi plat, pouvait encore une fois déranger. Nulle chaleur, nulle sympathie. Pourtant la Trémère était ravie qu'Ambrosius lui confie Clyde. Elle savait qu'ils auraient sans doute tous les deux de longues, plaisantes et captivantes conversations. Peut-être même que l'historien était un amateur d'échec ?
En revanche pour le cocktail de Kerr, elle attendrait qu'ils soient sorti du bureau pour souligner à nouveau cette possibilité à l'écossais.

Puis le regard émeraude de l'enfant revint sur le Suzerain qui venait de les congédier. Elle se pencha légèrement en avant pour le remercier.


-"Merci d'avoir pris le temps de nous recevoir. Bien entendu je m'occuperais de Clyde. Elle se redressa et reporta son attention sur l'historien, faisant toujours face au Prince. Ce jeune Trémère peut compter sur moi."

Après ces mots, son regard se posa à nouveau sur le Prince. L'enfant exécuta une nouvelle révérence, bien exécutée et particulièrement respectueuse et marqua une pause, légère, avant de se redresser.

-"Nous t'envoyons le dénommé Christy. En te souhaitant une excellente soirée et de bons entretiens."

Son "au revoir" terminé, elle invita Clyde à la suivre d'un regard puis quitta la pièce en direction de la salle d'attente.

_________________
Description du personnage :
 
Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Mer 30 Sep - 14:16

Clyde eut un sourire et un regard reconnaissant pour Ambrosius lorsqu'il rebondit à son trait d'humour. Il écouta attentivement, songeant d'ors et déjà que non, il n'avait pas vraiment envie de s'éterniser en mondanités. Et puis Emily prit la parole. Le ton ne changeait pas. Mais l'écossais releva les mots. S'il se figurait bien la régente, elle ne les usait pas à la légère et chacun avec un sens bien précis. Aussi ne put il que se sentir soulagé de cette bienveillance.

Merci à vous, prononça-t-il avec une sincérité presque inhabituelle parmi les caïnites, inclinant poliment la tête pour le Prince puis pour Emily.

Puis, il se placa de nouveau en retrait vis à vis de son aînée et fit une révérence également en miroir à la sienne, avant de la suivre hors du bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Ven 2 Oct - 20:21

Le Prince leur sourit gentiment à tous les deux, il espérait que malgré l'attitude assez froide de la Trémère, elle arriverait à trouver les mots ou les actes pour que le jeune vampire se remette de cette mésaventure. Mais après tout, le temps vient à bout de toutes les blessures et ce jeune caïnite aura la non-vie devant lui pour surmonter cette épreuve.

Une fois qu'ils eurent quitté son bureau, le Prince ouvrit un de ces tiroirs et en sorti une bouteille de sang dont il se servit un verre. Il but délicatement une gorgée et posa le verre sur son bureau. Il réfléchit un instant et sortit un deuxième verre pour son prochain invité.

Quel problème ce dernier devait avoir pour venir lui en parler en privé ? L'optimisme du Prince se calma un peu à ce questionnement interne et il continua à boire, assit derrière son bureau, sirotant son verre, l'air pensif.

Les verres:
 

_________________
Description du personnage :
 
Tenue du 18 Janvier :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christy

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 13/11/2014

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
5/10  (5/10)
Point d'action:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Ven 6 Nov - 21:25

Chris referma soigneusement la porte de la salle d'attente et se dirigea d'un pas décidé vers la porte du bureau du Prince. Il leva la main et frappa, peut-être plus vigoureusement qu'il ne l'aurait voulu, contre le battant. Il attendit qu'on l'autorise à entrer et s'inclina bien bas sur le pas de la porte avant de la refermer et d'entrer franchement dans le bureau. Il évita soigneusement de fixer le maître des lieux et attendit que se dernier lui donne l'occasion de s'installer ou même de parler.

La situation lui semblait vraiment... absurde. Il avait déjà vu cet homme, déjà fait au moins une bourde, prit rendez-vous avec lui, tous ça dans la même soirée et pourtant, il n’était pas plus détendu qu'à son arrivé. Il ne se rappelait que trop bien les mots que Iris avait utilisé pour qualifier les Princes. Selon elle, ils étaient comme les rois humains de l’époque et comme eux, ils avaient le droit de vie et de mort sur leurs sujets. Devait-il vraiment se considérer comme un des sujets de Ambrosius ? Certainement que non, mais il était dans sa ville, il chassait sur son territoire et donc, il devait faire attention.

* Ouais... comme tout à l'heure ? En mettant les deux pieds dans le plat ?! *

décompte:
 

_________________
Tenue de Chris [18 Janvier 2014]:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Sam 7 Nov - 10:54

Le bruit sourd contre la porte le fit sortir de ces pensées. Ambrosius releva son regard sur la porte et lança un « Entres ! » d'une voix accueillante. Il regarda Christy entrer dans le bureau et l'observa quelques secondes. Il se comportait très bien concernant le protocole, avait-il déjà côtoyé une cour ? Où appliquait-il ce qu'on lui avait appris à la lettre sans réel expérience derrière ? Le Prince m'y fin à son attente, en lui désignant la chaise de l'autre côté de son bureau d'un mouvement de main.

« Tu peux t'installer là »

Il affichait un sourire qui se voulait rassurant. Il poussa un peu le verre vide vers le jeune Gangrel et ajouta :

« Tu veux boire un peu avant de commencer ? »


Le Prince essayait de le mettre à l'aise, il espérait qu'ainsi, il pourrait lui parler plus librement de ce qui le préoccupait au point de venir en entretien avec lui. Il n'avait pas eu de cas anodin pour le moment et appréhendait un peu le problème de l'homme en face de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christy

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 13/11/2014

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
5/10  (5/10)
Point d'action:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Sam 7 Nov - 16:32

Chris resta debout, conscient du regard qu'on portait sur lui et malgré le fait qu'il gardait les yeux baissés. Était-ce un test pour voir s'il allait se mettre à danser d'un pied sur l'autre ? Sûrement qu'il aurait fini par bouger comme un vers au bout d'une ligne si le Prince n'avait pas fini par lui montrer une chaise où il pouvait prendre place.
Il s'installa rapidement, gardant les yeux fixés sur la surface plane du bureau et ne les releva que quand son hôte lui proposa un verre. Un de ses sourcils s'arqua en avisant le verre et il hésita, Iris ne lui avait jamais dit ce qu'il devait faire dans ce cas-là. Dans le doute, pour ne pas faire attendre trop longtemps sa réponse et surtout pour ne pas vexer l'homme en face de lui, il hocha la tête et répondit d'une voix calme.

" Oui, s'il vous plaît "

La normalité de cet échange, du moins pour deux humains, le laissa perplexe. Cet homme le laissait perplexe ! Il n’était clairement pas de la même 'nature' que ceux dont Iris lui avait fait le récit. Et finalement, ses questionnements sur la normalité ou non des échanges avec le Prince n'avaient pas lui d’être !

* Ah ben quand même ! Tu as fini par te rendre compte que tu n'es pas là pour ça ! Parfait ! *

Il attendit encore un peu, ne pouvant s’empêcher de regarder l'homme en face de lui, de le dévisager pendant qu'il remplissait le verre. Puis, il se rendit compte de ce qu'il faisait et retourna vite à son observation du bureau. Il n'avait pas l'habitude de devoir éviter le regard des gens et encore moins de ne pas regarder son interlocuteur dans les yeux. C’était un combat de tous les instants et on aurait pu dire que ses yeux papillonnaient dans tous les sens sous les indications contraires qu'ils recevaient. Il essayait de trouver le meilleur moyen de commencer son histoire et il finit par soupirer d'un air las avant de se lancer, abordant le sujet par la bande.

" Je ne suis pas originaire de votre ville, je suis seulement de passage. En fait, je suis venue chercher quelqu'un... quelqu'un de très important pour moi dont je n'ai plus de nouvelles depuis un petit moment. Et j’espérai la trouver ici... "

Comme à son habitude, il leva une main qu'il passa dans ses cheveux d'un air absent. En parler ne faisait que rendre le constat de la disparition d'Iris encore plus présent à son esprit. Si jamais elle n’était pas ici, où pourrait-il aller ? Et si ...

* Avec des 'si' on met un sequoia en bouteille... *

décompte:
 

_________________
Tenue de Chris [18 Janvier 2014]:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Lun 9 Nov - 20:50

Quand le Gangrel acquiessa à sa proposition, le Prince souleva la bouteille et lui servie un verre. Il fit cela en silence, évitant de le noyer sous une sorte de conversation futile dont il avait le secret, développé au fil des âges, autant de son vivant que de son gisant. Bien que ça ne soit pas sa spécialité, il avait appris à voguer tranquillement sur les méandres des mondanités. Hors, il sentait bien que le jeune homme en face de lui n'était pas revenue le voir pour parler de la dernière mode à Londres.

Comme à son habitude, Ambrosius attendait patiemment qu'il se jette à l'eau. Il reposa la bouteille, poussa le verre en direction de Christy et s'appuya à nouveau contre son dossier récupérant son propre verre au passage.

*Aaah, nous y voila*

Christy venait de commencer à lui expliquer son problème. Ambrosius porta ses lèvres à son verre et bu une petite gorgée du liquide carmin avant de lui répondre.

"Je vois, qu'elle est cette personne ? Il ne faudra plus de détail si je dois te renseigner. Mais il y a peu de personnes qui se présente à moi ces derniers temps, si on oublie cette nuit évidemment. Mais des personnes pourront t'aider dans ta recherche."

Le Prince le regarda quelques secondes de plus, puis ajouta, fronçant légèrement les sourcils.

"Suis-je si impressionnant ? Tu évites de me regarder et je trouve ça ... comment dire ... dérangeant. Je ne prendrais pas ombrage si tu me regardes directement. Au cas où ce soit cela qui t'inquiète."


Le Prince lui sourit à nouveau y mettant toute la bonne volonté dont il faisait preuve pour le rendre le plus encourageant possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christy

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 13/11/2014

Feuille de personnage
Sang: Inactif
Point de sang:
5/10  (5/10)
Point d'action:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Jeu 12 Nov - 21:32

Le Prince était installé, posait dans son fauteuil et il sirotait en attendant. Il n'avait pas l'air pressé ou alors il préférait le laisser prendre ses marques. Dans les deux cas, la patience dont il fit preuve plut à Christy, cet homme lui était de plus en plus sympathique. Chris se demanda quand même comment aller être perçu ce dont il parlait. Après tout, sa Sire ne s’était peut-être pas présentée, Ambrosius ne la connaissait peut-être pas. Il retient le soupir qui lui venait aux lèvres et hocha la tête quand son interlocuteur lui demanda des précisions. Il attrapa le verre posé sur la table et le porta à ses lèvres avant de se raviser et de se contenter de le tenir dans sa main.
Le Prince de Glasgow reprit cependant la parole, non sans surprendre Chris et ce qu'il lui demanda le laissa perplexe. Oui, il ne le regardait pas directement, mais pas parce qu'il était impressionné. Comment devait-il gérer la situation ?

" On m'a dit qu'il était mal poli de fixer un autre... membre de la famille dans les yeux, alors j'essaie de ne pas vous fixer. Mais, si vous préférez que je vous regarde directement... "

Il releva les yeux, fixant ses prunelles bleues électrique dans celles de la personne en face de lui. Ça faisait un bien fou d’arrêter de lutter contre soi-même et d'enfin regarder son interlocuteur dans les yeux. Il détailla rapidement le visage de l'homme, c’était plus facile à faire en face, que du coin de l’œil. Conscient que le Prince lui avait posé une autre question, il reprit d'une voix égale.

" Il s'agit de ma Sire, Iris Colville. Je sais qu'elle est passée dans la ville, car elle m'a appelé à ce moment-là en me disant qu'on se reverrai bientôt, mais depuis je n'ai plus de nouvelles. "

Il reprit le souffle qu'il lui fallait pour continuer, ses yeux toujours dans ceux de Ambrosius et poursuivit.

" Ça fait maintenant deux mois que je n'ai plus de nouvelles et ce n'est pas vraiment dans ses habitudes. Surtout quand elle me dit qu'on se verra bientôt. "

* Présenté comme ça, on pourrait presque penser que cette 'disparition' est normale et que tu t’inquiètes trop, pour rien... *

décompte:
 

_________________
Tenue de Chris [18 Janvier 2014]:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horae
Dragon de Glasgow
Dragon de Glasgow
avatar

Messages : 792
Date d'inscription : 23/04/2014
Localisation : Partout... alors fait attention !

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Jeu 12 Nov - 21:46

Bonjour à tous cher mordus ... joueurs !
Le temps étant ce qu'il est, je vous demande de vous retirer 2 points d'actions
Courage !

NB : Le Staff veille au grain


_________________
________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrosius [PNJ]

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   Ven 13 Nov - 21:11

Aux paroles de Christy, Ambrosius compris que sa sire lui avait donné une bonne éducation. Mais quand il tomba dans le regard du jeune vampire en face de lui, il comprit pourquoi elle avait surement autant insisté sur ce point-là. Le Prince resta littéralement scotché aux yeux du garçon en face de lui. Il l'écoutait toujours, même s'il pouvait donner l'impression contraire. Mais Ambrosius se sentait vraiment captivé par ce regard.

« Tes yeux sont proprement fascinants, mon cher Christy, si j'étais peintre, je m’appliquerais à saisir leur couleur, leur intensité, leur profondeur… Mais, hélas, je ne suis qu'un humble sculpteur incapable de rendre hommage à ce regard. »


Le Prince essaie tout de même de se ressaisir, au moins mentalement. Son regard était toujours attiré dans celui de Christy. Mais il rassembla après quelques secondes les informations que venait de lui donner le Gangrel.

« Quant à ta sire, Dame Colville ? C'est bien ça ? Elle ne sait pas présenter devant moi, sous ce nom du moins. Aurais-tu une photo d'elle ? Où pourrais-tu me la décrire précisément, de sorte à faire un portrait-robot ? »


Il marqua une pause, buvant une étonnamment longue gorgé de sang pour reprendre possession de tous ses sens.

« Je comprends ton inquiétude, je vais faire tout ce que je peux de mon côté pour récupérer des informations sur elle. Je te tiendrais évidemment au courant. Tu m'as bien laissé un numéro ou te joindre ? »

Ambrosius se resservi encore à boire, offrant un sourire toujours aussi sincère et rassurant à son vis-à-vis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bureau du Prince [15 janvier 2014]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bureau du Prince [15 janvier 2014]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Paris] Tournoi "Highlander" SW le samedi 04 Janvier 2014 - Troll2Jeux
» [Nantes] Tournoi le vendredi 31 janvier 2014 - L'Antre d'Alto
» Panne réseau Bouygues
» Thimoléon, nouveau président de la chambre des députés contesté pour vols à main
» FRAT's NEWLETTER, 17 JANVIER 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Ténèbres de Glasgow :: La ville de Glasgow :: Centre Ville :: The Shadowland's door :: Elysium :: Bureau du Prince-
Sauter vers: